Actualisé 19.12.2012 à 16:44

Prothèses PIP

Il voulait reprendre son activité au Costa Rica

Le fondateur de la société de prothèses mammaires PIP, Jean-Claude Mas, avait créé une société au Costa Rica pour reprendre la commercialisation des implants en Amérique du Sud.

L'examen d'un ordinateur saisi lors d'une perquisition a permis de découvrir des fichiers relatifs à la création de la société «SASA au Costa Rica, à la fin de l'été 2010, puis d'une entreprise FIT à Toulon, au printemps 2011, pour reprendre les activités de fabrication de prothèses et en assurer la commercialisation notamment en Amérique du Sud», a-t-on appris mercredi de source proche du dossier.

En mars 2010, les autorités françaises avaient demandé le retrait du marché des implants Poly Implants Prothèse (PIP) alors que l'entreprise, en grande difficulté, était placée en liquidation.

Un expert signale que, fin janvier 2012, dans les jours précédents la saisie de cet ordinateur dans la villa de M. Mas et quelques semaines avant le placement de ce dernier en détention provisoire, la machine a servi «pour se connecter sur les serveurs d'un établissement bancaire en ligne du Costa Rica».

Remis en liberté en octobre

M. Mas, 73 ans, a été remis en liberté sous contrôle judiciaire fin octobre après huit mois de détention provisoire. Un premier procès en France - pour tromperie - doit se tenir au printemps à Marseille. Deux autres procédures sont toujours à l'instruction, l'une pour «blessures et homicides involontaires» et l'autre pour «blanchiment et banqueroute».

L'affaire PIP avait éclaté fin mars 2010 avec le retrait de ces prothèses du marché français et la liquidation judiciaire de la société, qui utilisait illégalement, depuis la fin des années 2000, un gel de silicone fait maison en remplacement d'un gel médical homologué.

Des dizaines de milliers de cas

Le nombre de porteuses de prothèses PIP serait d'environ 30'000 en France et de plusieurs dizaines de milliers à l'étranger, en Europe, en Amérique du Sud et en Asie. M. Mas a admis avoir produit un gel de silicone non homologué mais réfute tout danger.

(afp)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!