Grande-Bretagne: Ils abusaient de mineures fragiles
Actualisé

Grande-BretagneIls abusaient de mineures fragiles

Six jeunes femmes ont été exploitées sexuellement par sept hommes, en Grande-Bretagne. Cinq agresseurs ont écopé de la prison à vie, jeudi.

De gauche à droite et de haut en bas: Bassam Karrar, Anjum Dogar, Zeeshan Ahmed, Assad Hussain, Kamar Jamil et Akhtar Dogar.

De gauche à droite et de haut en bas: Bassam Karrar, Anjum Dogar, Zeeshan Ahmed, Assad Hussain, Kamar Jamil et Akhtar Dogar.

Cinq hommes ont été condamnés jeudi à Londres à des peines de prison à vie pour avoir exploité sexuellement des jeunes filles vulnérables, issues en majorité de foyers pour enfants vulnérables, au terme d'un procès qui avait suscité des critiques à l'encontre des services sociaux et de la police.

Six victimes, âgées de 11 à 15 ans au moment des faits, ont témoigné du calvaire qu'elles ont enduré entre 2004 et 2012 aux mains de ce gang à Oxford (environ 100 km à l'ouest de Londres), lors du procès qui s'est tenu sur cinq mois devant le tribunal londonien d'Old Bailey.

Drogue et alcool

Les hommes, âgés entre 27 et 38 ans, d'origine pakistanaise pour quatre d'entre eux et nord-africaine pour deux autres, attiraient les filles en leur proposant de la drogue et de l'alcool. Elles étaient ensuite violées, parfois par plusieurs hommes à la fois, et battues. L'une d'entre elles a été forcée à avorter à l'âge de 12 ans.

Parmi les sept membres du gang poursuivis, les frères Akhtar et Anjum Dogar, les frères Mohammed et Bassam Karrar et Kamar Jamil ont été condamnés à des peines de prison à vie, assorties de peines de sûreté allant de 12 à 20 ans, notamment pour viol et proxénétisme.

Les deux autres, Assad Hussain et Zeeshan Ahmed, ont écopé de sept ans de prison.

Leçons à tirer

Quatre des victimes vivaient dans des établissement gérés par les services d'aide à l'enfance.

«Vous avez ciblé ces jeunes filles parce qu'elles étaient vulnérables, mineures et hors de contrôle», a déclaré le juge aux accusés en rendant son verdict. «Espérons que des leçons ont été tirées (de cette affaire) et que les autorités n'hésiteront pas désormais à passer à l'action», a-t-il ajouté.

Dans cette affaire, la police et les services sociaux avaient été mis en cause pour avoir manqué plusieurs occasions d'arrêter les activités criminelles du gang, et avaient dû présenter leurs excuses pour n'avoir pas protégé les jeunes filles.

Dans une affaire similaire, neuf hommes d'origine pakistanaise et afghane avaient été condamnés en mai 2012 à des peines de prison pour avoir utilisé des jeunes filles vulnérables comme esclaves sexuelles à Rochdale, près de Manchester (nord).

L'origine des condamnés et le fait que leurs victimes étaient des jeunes filles blanches avaient provoqué un débat et donné lieu lors du verdict à une manifestation de l'organisation d'extrême droite English Defence League. (afp)

Ton opinion