Actualisé 17.05.2016 à 13:47

Festival de Cannes«Ils avaient le pouvoir de changer ma vie»

A l'affiche de «The Nice Guys», la jeune Angourie Rice se confie avec franchise sur sa vie d'actrice.

von
Marine Guillain
Cannes
Angourie Rice a bénéficié d'un guide de luxe au Festival de Cannes, en la personne de Ryan Gosling.

Angourie Rice a bénéficié d'un guide de luxe au Festival de Cannes, en la personne de Ryan Gosling.

photo: Keystone/AP/Thibault Camus

Dans la comédie de Shane Black présentée dimanche hors compétition, la jeune Australienne de 15 ans joue la fille mature de Ryan Gosling. C'est elle qui prend soin des deux détectives ratés.

– Qu'est-ce que ça vous fait de jouer le personnage le plus intelligent du film?

– (Rires.) Non, je ne crois pas que Holly est la plus intelligente, mais c'est vrai qu'elle prend le contrôle de la situation et qu'elle essaie de voir le bon côté de chacun. Je suis un peu comme elle dans un sens, à prendre soin de tout le monde.

– Comment s'est passé le casting?

– J'ai envoyé deux vidéos depuis l'Australie, puis je me suis rendue à Los Angeles pour faire un essai sur place. Il y avait Shane Black et Ryan Gosling, j'étais terrifiée!

– Pourquoi?

– Eh bien j'étais seule sur la scène, assise dans un fauteuil, avec les lumières braquées sur moi… Et je savais que ces personnes avaient le pouvoir de changer ma vie.

– Et tourner avec Ryan Gosling et Russell Crowe, c'était comment?

– C'était génial, ils sont vraiment très, très drôles et font sans cesse des blagues, si bien qu'il est difficile parfois de garder son sérieux.

– Vous étiez déjà venue à Cannes pour «Final Hours» en 2014. C'est différent cette fois?

– Oui, la première fois c'était pour un film australien à petit budget, nous avions passé une semaine ici, étions allés au musée… Cette fois je ne suis ici que trois jours et je n'ai fait que parler à la presse!

– Le fait d'être désormais célèbre a-t-il changé votre vie?

– Oui, parfois. Par exemple, les gens m'invitent à des fêtes sur des bateaux! (Rires.) Ils oublient que je n'ai pas l'âge de boire de l'alcool, ça ne m'intéresse pas, je ne me sens pas très à l'aise à faire la conversation à des inconnus, alors je ne sais pas quoi faire, et je profite juste de la nourriture gratuite!

– Est-ce que parfois vous vous demandez ce que vous faites là?

– Oui, très souvent! Sur le tapis rouge, lors des fêtes mondaines…. Et la nuit qui a précédé le début du tournage. J'étais tellement morte de peur que j'ai crié, pleuré, je me suis roulée par terre, complètement paniquée à l'idée de ne pas y arriver.

– Quels sont vos projets?

– Je vais continuer mes études, j'adore mon école à Melbourne. Et ensuite j'aimerais aller à l'Université, dans mon pays, car j'aime vraiment l'Australie. Pour l'instant, je me réjouis de rentrer à la maison!

– Quels sont vos rapports avec vos copains d'école?

– En revenant après trois mois de tournage, chacun avait avancé, évolué, sans moi, et je me suis sentie un peu exclue. Mais mes amis vraiment proches me comprennent, et ne sont pas jaloux.

– Comment êtes-vous devenue actrice?

– J'ai joué dans un court-métrage à l'âge de 6 ans. Nous avions une amie agent, et c'est elle qui me l'a proposé. Après cette expérience, j'ai su que c'était ce que je voulais faire, que j'avais ça dans le sang.

La bande-annonce de «The Nice Guys»

«En dehors du cinéma, j'aime beaucoup la musique. Je joue du violon et du didgeridoo. Et j'aime la mode aussi.»

«En dehors du cinéma, j'aime beaucoup la musique. Je joue du violon et du didgeridoo. Et j'aime la mode aussi.»

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!