15.10.2020 à 18:18

GenèveIls dénoncent le tout-béton dans le canton

Un référendum est lancé contre le déclassement d’une zone agricole, à Bernex (GE). Les opposants estiment qu’il est temps de changer de vision en matière d’aménagement.

de
Léonard Boissonnas
La «Goutte de Saint-Mathieu» est située entre le chemin de Saint-Mathieu, la route de Chancy et la bretelle autoroutière.

La «Goutte de Saint-Mathieu» est située entre le chemin de Saint-Mathieu, la route de Chancy et la bretelle autoroutière.

dr

Un canton surdensifié «où on bétonne tout». C’est ce que dénoncent les opposants à un déclassement de terrains agricoles à Bernex (GE), sur le périmètre dit de la «Goutte de Saint-Mathieu». Une dizaine d’associations de défense du patrimoine, ainsi que des élus, des agriculteurs et des habitants lancent un référendum contre la loi qui prévoit la création d’une zone dévolue à de l’équipement public sur 44’631 m2 situés en zone agricole (voir encadré). Le Grand Conseil avait donné son aval le 1er octobre, par 77 voix pour, 9 contre et 3 abstentions.

Une «croissance non maîtrisée»

Pour les référendaires, le projet illustre à son échelle «les conséquences d’une croissance démographique non maîtrisée». «On se bat contre cette politique de bétonisation, où on déclasse systématiquement en zone agricole», déclare Lionel Dugerdil, agriculteur et responsable du Comité référendaire. Il déplore la suppression de l’agriculture durable et locale, qui préserve pourtant l’environnement.

«Ce n’est pas qu’un référendum agricole, c’est aussi la question des choix pour les générations futures, ajoute, de son côté, Willy Cretegny, viticulteur et conseiller administratif à Satigny. 500’000 habitants, c’est assez. Il y a un développement rapide et le moteur de cette croissance, c’est l’économie. Veut-on continuer à attirer des entreprises alors qu’il y a des bouchons, que les transports publics sont saturés? Il faut être sage, dire à un moment Stop, et marquer un temps d’arrêt avec un objectif de changement de vision pour le canton. On veut une zone urbaine vivable.»

De plus en plus de refus

Les opposants rappellent que plusieurs modifications de zones ont été récemment recalées en votation: aux «Crêts» au Petit-Saconnex et au Pré-du-Stand au Grand-Saconnex, lors du scrutin de novembre 2019, et à Cointrin en février dernier. «On voit qu’il y a de plus en plus de refus nets», constate Stéphane Florey, député UDC. Le Grand Conseil vient de rejeter un déclassement pour la prison des Dardelles, et des communes comme Lancy et Collex-Bossy revoient leur politique en la matière, ajoute-t-il.

Pour voir aboutir le référendum, les opposants doivent réunir 5370 signatures d’ici le 18 novembre: «On en veut 7000 pour avoir une marge suffisante, indique Stéphane Florey. Je pense qu’on a toutes nos chances quand on voit tous ces refus, je suis confiant. Il y a une volonté de consommer local, on l’a vu récemment, mais pour ça, il faut avoir la zone agricole suffisante.»

Cycle, centre de formation et P+R

Le projet de la «Goutte de Saint-Mathieu» s’inscrit dans le cadre du grand projet Bernex et prévoit notamment la réalisation d’un cycle d’orientation, d’un centre de formation professionnelle dédié à la santé et au social, et d’un P+R en remplacement de celui existant, qui n’est que provisoire. «Nous ne sommes pas contre ces infrastructures, explique Stéphane Florey. A Bernex, on a déjà déclassé 500’000 m2, c’est là qu’on aurait dû les faire.» De fait, le comité référendaire prône de réaliser ces équipements sur des périmètres déjà déclassés, quitte à modifier si nécessaire les Plans localisés de quartier (PLQ) existants.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
151 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

Charles1991

16.10.2020 à 20:05

Il a voté pour où contre la limitation ? La surpopulation est la première cause de betonnage .

Franklin Pille

16.10.2020 à 19:47

Moi chefe de une très grande entreprise du bâtiment 2 maçon s j'aimerais betoner tout l'argentine avec la permission de notre vedetta Antonio et barasano le boucheront

voilà

16.10.2020 à 16:56

ils ont bétonné les campagnes genevoise pour que ces messieurs dames puissent se bouger en bagnole en campagne et faire pisser le chien portière ouverte.