Actualisé 03.05.2011 à 11:34

Zurich

Ils «lèguent» leurs amendes à la police

Parce qu'un radar était mal programmé, 1600 automobilistes ont été amendés à tort. Un sur cinq renonce à réclamer son dû à la police. Par paresse ou par négligence, selon celle-ci.

de
rga
C'est un radar près de la gare de Leimbach, à Zurich, qui était mal réglé et qui a donné lieu à des amendes infondées.

C'est un radar près de la gare de Leimbach, à Zurich, qui était mal réglé et qui a donné lieu à des amendes infondées.

Et dire qu'au départ c'était une bonne nouvelle. Dans une lettre adressée en novembre dernier à 1600 automobilistes amendés à tord en raison d'un radar défectueux, la police zurichoise leur proposait de restituer les montants encaissés abusivement. En tout, la police avait encaissé 126 000 francs. La recherche des personnes concernées était difficile, comme le confirme Marco Cortesi, le porte-parole de la police municipale, au «Tages-Anzeiger». Surtout en raison de l'effacement des données une fois les amendés payées. Finalement, un formulaire a pu être envoyé à tout le monde. «Tant pis pour ceux qui ne répondent pas à notre lettre», constate Cortesi.

Aux dernières nouvelles, 350 amendés n'ont pas donné signe de vie. Cela concerne une somme de 25 000 francs, un cinquième de la somme originale. Selon la police, il s'agirait non pas d'un acte de générosité de la part des citoyens, mais bien plus d'un problème de négligence ou tout simplement de paresse.

En 2007, le taux de restitution de sommes indûment réclamées avait été encore plus bas dans un cas similaire. Sur 900 cas, seuls 30 s'étaient annoncés.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!