États-Unis - Ils marchaient, sans le savoir, sur des millions de cadavres
Publié

États-UnisIls marchaient, sans le savoir, sur des millions de cadavres

Une mystérieuse substance noire envahissant une plage du Maine intrigue les promeneurs, qui ont bien du mal à nettoyer leurs pieds. L’explication est peu ragoûtante.

Établi depuis longtemps dans le Maine, Ed Smith va régulièrement se promener au bord de l’océan Atlantique, sur la plage de Wells. Dimanche soir, l’Américain a été intrigué par une substance noire envahissant le rivage et salissant les pieds de quiconque s’aventurerait trop près. De retour le lendemain, Ed a constaté que cette mystérieuse matière était encore là. J’étais assis sur le bord de ma baignoire en train de frotter mes pieds avec du produit à vaisselle, mais je n’arrivais pas à enlever les taches, raconte-t-il au «Portland Press Herald».

Des habitants, des élus et un couple de scientifiques à la retraite se sont penchés sur le phénomène et mardi, Ed a eu la réponse à sa question. Selon Steve Dickson, géologue marin au Maine Geological Survey, cette substance noire n’est autre qu’un énorme amas de cadavres d’insectes. Des millions de cadavres. Les petites bêtes flottent dans l’océan mais avec le courant et les vagues, viennent s’échouer sur la plage et y restent quand la marée redescend.

«C’est la première fois que je vois ou que j’entends parler de cela en 35 ans. Normalement, à cette époque de l’année, des habitants nous font part d’un excès d’algues sur la plage et d’un afflux de mouches autour de ces végétaux en décomposition. Là, ce n’était pas le cas», explique le scientifique. Steve Dickson collabore actuellement avec des entomologistes pour déterminer de quels insectes il s’agit, d’où ils viennent et pourquoi. D’après le géologue marin, ce désagréable phénomène devrait rapidement disparaître une fois que les vents auront tourné.

En attendant, les promeneurs ont bien du mal à retrouver des pieds propres. Steve Dickson pense que ces taches sont peut-être dues à l’alimentation des insectes, qui consomment souvent des plantes contenant des pigments. Dans certains pays d’ailleurs, on utilise encore des insectes pour teindre les vêtements. «On ne sait jamais ce que la nature nous réserve pour la prochaine fois», s’émerveille le chercheur.

(joc)

Ton opinion