Terrorisme islamiste: «Ils méritent douze balles dans la peau»
Actualisé

Terrorisme islamiste«Ils méritent douze balles dans la peau»

Avocat et docteur en droit, le Genevois Charles Poncet souhaite que la peine de mort soit rétablie en Suisse à l'égard des auteurs d'assassinats et de leurs complices de retour de Syrie ou d'Irak.

par
fnt

Que faire d'un Européen masqué qui tranche le cou d'un être humain, puis diffuse son forfait sur internet et voue toutes nos valeurs occidentales aux gémonies? C'est à cette question que le très médiatisé avocat genevois Charles Poncet répond via sa tribune libre dans «L'Hebdo», jeudi. Et l'ancien député libéral au Conseil national dans les années 1990 n'y va pas avec le dos de la cuillère dans certaines de ses propositions.

Face à de nouvelles formes d'une« criminalité atroce, bestiale et exhibitionniste», ce chantre de la philosophie libérale estime qu'une réponse nouvelle est nécessaire. Mais que faire de ces égorgeurs et autres assassins, musulmans d'origine ou convertis, partis en Irak et en Syrie commettre des atrocités contre des populations civiles et de retour en Suisse? Pour Charles Poncet, ces individus sont irrécupérables et représentent un vrai danger. «Les auteurs de ces assassinats, leurs complices et leurs instigateurs sont sans aucun espoir de rédemption: ils méritent douze balles dans la peau.» Et l'homme de droit de poursuivre dans le magazine romand: «Cela suppose que des Etats comme la Suisse - qui ont aboli la peine de mort et se sont engagés à ne pas la réintroduire - adaptent la Convention européenne des droits de l'homme à la réalité nouvelle. La peine de mort ne dissuade pas les criminels, mais elle rassure une opinion publique qui doute aujourd'hui de la fermeté de ses gouvernants.»

Outre le rétablissement de la peine de mort, Charles Poncet liste d'autres mesures. Comme punir la simple participation à des mouvances criminelles, soulignant que si un Suisse s'engage dans la Légion étrangère, c'est considéré comme un délit. Il propose aussi que quiconque participe ou collabore avec les barbares de l'Etat islamique soit déchu de sa nationalité suisse et que l'on punisse de peines de prison toute propagande et tout acte de recrutement.

Traduire les terroristes de retour devant des tribunaux militaires

L'ancien député souhaite aussi que l'on renforce les moyens du Ministère public fédéral et que l'on utilise la justice militaire, sous-employée actuellement, pour juger les terroristes de retour en Suisse.

Enfin, Charles Poncet rappelle que, lorsqu'une démocratie est en danger, «le salut vient de l'alliance traditionnelle entre la droite libérale et les sociaux-démocrates», afin de couper l'herbe sous le pied à la «droite musclée».

Ton opinion