Grande-Bretagne: Ils montent un faux film pour frauder le fisc
Actualisé

Grande-BretagneIls montent un faux film pour frauder le fisc

Cinq personnes ont été condamnées lundi à Londres à des peines de prison pour avoir prétendu réaliser un film. Ils ont touché des crédits d'impôts grâce à un montage frauduleux complexe.

Les fraudeurs, dont les peines vont de six ans et demi à trois ans et demi de prison, avaient fait croire aux inspecteurs du fisc que leur film, intitulé «A Landscape Of Lives» («Un paysage de vies») avait un budget de 19,6 millions de livres ( 28,2 millions de francs).

Pour donner de la crédibilité à leur projet, ils avaient recruté en 2010 un scénariste, à qui ils avaient dit que le tournage aurait lieu en Egypte et qu'Omar Sharif serait l'un des acteurs, selon le parquet. Les fraudeurs avaient également prétendu espérer la présence de Jeremy Irons.

En tout et pour tout, seules sept minutes de ce soi-disant film ont été tournées dans un appartement, pour un coût de quelques milliers de livres. Des images qualifiées d'«inutilisables» lors des débats devant le tribunal de Southwark à Londres.

Un petit film pour faire vrai

Les fraudeurs avaient soumis ou préparé des fausses déclarations au fisc portant sur 2,78 millions de livres et ont récupéré près de 800'000 livres en guise de remboursements de TVA.

Après avoir été arrêtés, et dans une tentative de maquiller la fraude, ils avaient ensuite précipitamment fait réaliser un film à petit budget intitulé «A Landscape Of Lies» («Un paysage de mensonges»), qui est sorti en DVD en 2011.

«C'était une manigance hors du commun pour s'attaquer au portefeuille du contribuable», a estimé Sue Patten, représentante du parquet, condamnant la volonté des prévenus d'«exploiter un système d'allègement fiscal destiné à soutenir l'industrie du film britannique».

Bashar Al-Issa, un Britannique d'origine irakienne de 34 ans, présenté comme le concepteur de cette fraude, a été condamné à six ans et demi de prison, tandis qu'Aoife Madden, une actrice britannique de 31 ans s'est vu infliger quatre ans et huit mois de prison.

Deux autres, Tariq Hassan, un Pakistanais de 52 ans, et Osama Al Baghdady, un Irakien de 51 ans, ont été condamnés à des peines de quatre ans. Un cinquième, Ian Sherwood, 53 ans, a été condamné à trois ans et demi. (ats)

Ton opinion