États-Unis: «Ils n'avaient rien fait pour provoquer ces chiens»
Actualisé

États-Unis«Ils n'avaient rien fait pour provoquer ces chiens»

Trois canidés ont semé la terreur dans un village du New Jersey, lundi, mordant au moins six personnes. Une vidéo montre un habitant tenter de faire fuir les animaux avec une barre de fer.

par
joc

Une meute de chiens a terrorisé un quartier de Little Egg Harbor (New Jersey), lundi. Pendant environ une heure, trois gros canidés ont couru un peu partout dans les environs, mordant au moins six habitants. John Kita est l'un d'entre eux. L'homme s'affairait devant sa maison quand il a été surpris par le dangereux trio. «J'étais en train de nettoyer la voiture, et soudain, depuis l'arrière de la maison, ces trois chiens sont arrivés en m'aboyant dessus de manière très agressive», raconte-t-il à ABC 6.

L'homme dit avoir été mordu à la hauteur de la cuisse, à travers son jeans. Un voisin est venu à sa rescousse. «Il les poursuivait, il est sorti de sa voiture avec un club de golf et a commencé à les frapper. Finalement, les chiens sont partis», témoigne le résident, dont les blessures n'ont pas nécessité de points de suture.

«Les gens étaient terrorisés»

D'après la police, quatre personnes ont dû être emmenées à l'hôpital en ambulance. Une femme a notamment été mordue à un bras jusqu'à l'os. «Les gens étaient terrorisés. Ils n'avaient absolument rien fait pour provoquer ces animaux», a déclaré Richard Buzby, chef de la police. Les autorités ont d'ailleurs diffusé une vidéo montrant un habitant essayer tant bien que mal de se débarrasser des trois chiens à coups de barre de fer.

La police a finalement pu saisir les animaux, qui appartiennent à un jeune homme de 26 ans. En décembre dernier, le trio avait déjà été confisqué par les autorités après avoir mordu une femme, mais leur propriétaire était parvenu à les récupérer en faisant croire au juge que seul un des trois canidés lui appartenait. Les animaux ont été placés dans un refuge et ne seront pas rendus au jeune homme. «Avec ce genre d'histoire dans le quartier, ils ne peuvent pas rester ici», estime le chef de la police. L'ex-propriétaire, lui, aura des nouvelles de la justice.

Ton opinion