Actualisé 28.03.2018 à 12:54

Catalogne

Ils ne renoncent pas à élire Puigdemont

Une majorité des indépendantistes catalans n'est pas découragée de voir leur leader emprisonné en Allemagne. Ils réclament que Carles Puigdemont soit investi par le parlement régional.

1 / 143
Six des neuf dirigeants indépendantistes catalans emprisonnés pour leur rôle dans la tentative de sécession de la Catalogne vont être transférés dans des prisons de la région. (Lundi 2 juillet 2018)

Six des neuf dirigeants indépendantistes catalans emprisonnés pour leur rôle dans la tentative de sécession de la Catalogne vont être transférés dans des prisons de la région. (Lundi 2 juillet 2018)

AFP
L'indépendantiste Quim Torra a finalement renoncé à nommer quatre «ministres» emprisonnées ou exilés depuis la tentative de sécession de la Catalogne. (Mardi 29 mai 2018)

L'indépendantiste Quim Torra a finalement renoncé à nommer quatre «ministres» emprisonnées ou exilés depuis la tentative de sécession de la Catalogne. (Mardi 29 mai 2018)

AFP
Carles Puigdemont a annoncé d'Allemagne jeudi qu'il renonçait à redevenir le président de la Catalogne et a désigné un nouveau venu en politique, Quim Torra, candidat à sa succession. (Jeudi 10 mai 2018)

Carles Puigdemont a annoncé d'Allemagne jeudi qu'il renonçait à redevenir le président de la Catalogne et a désigné un nouveau venu en politique, Quim Torra, candidat à sa succession. (Jeudi 10 mai 2018)

AFP

Une partie des élus indépendantistes catalans ont incité mercredi le parlement régional à investir Carles Puigdemont à la présidence, malgré sa détention en Allemagne. Il y attend que la justice se prononce sur son extradition vers l'Espagne.

«En ces temps d'urgence démocratique pour la Catalogne, nous devons dire publiquement que nous ne renoncerons pas à l'investiture du président Carles Puigdemont», bloquée par la justice espagnole, a déclaré Gemma Geis, de la liste de M. Puigdemont, Ensemble pour la Catalogne.

La majorité indépendantiste à la chambre a ensuite voté une résolution symbolique défendant le droit de Carles Puigdemont à être investi et réclamant la libération des neuf séparatistes incarcérés en Espagne.

Avis divergents

Après l'arrestation de Carles Puigdemont en Allemagne en vertu d'un mandat d'arrêt international, Ensemble pour la Catalogne (34 députés sur 135) a remis sur la table son investiture, à laquelle il avait renoncé début mars en raison des obstacles judiciaires.

Cette hypothétique investiture ne pourrait se faire qu'à distance, ce qui est interdit par la justice et refroidit l'autre grand parti séparatiste, la Gauche républicaine de Catalogne (ERC, 32 sièges).

ERC, dont le chef Oriol Junqueras est déjà en prison, craint les retombées judiciaires pour le président du parlement catalan Roger Torrent, issu de ses rangs, s'il se risquait à faire élire M. Puigdemont.

Mais ce scénario ravit le parti le plus radical, la Candidature d'unité populaire (4 sièges), d'extrême gauche. «Nous demandons une séance d'investiture dès maintenant, pour investir Carles Puigdemont», a lancé son porte-parole Carles Riera, proposant de prendre à cette occasion la présidence la chambre, pour assumer toutes les responsabilités.

«Ce que vous voulez, c'est avoir un président en prison», a reproché Inés Arrimadas, cheffe de file du parti anti-indépendantiste Ciudadanos (centre-droit).

Toujours sous tutelle

Après le renoncement de Carles Puigdemont, les séparatistes avaient tenté sans succès de faire investir le militant Jordi Sanchez, emprisonné, puis l'ex-porte-parole du gouvernement régional Jordi Turull, à la veille de son incarcération.

Le parlement catalan a jusqu'au 22 mai pour élire un président régional, faute de quoi de nouvelle élections seraient organisées. Tant qu'un président n'est pas investi, la Catalogne reste sous administration directe du gouvernement central, qui l'a mise sous tutelle le 27 octobre après une tentative avortée de sécession. (nxp/ats)

(NewsXpress)
Trouvé des erreurs?Dites-nous où!