Genève: «Ils ne se préoccupent pas du bonheur des chatons»
Actualisé

Genève«Ils ne se préoccupent pas du bonheur des chatons»

SOS Chats est régulièrement confronté à des adoptants recalés qui profèrent des menaces contre le refuge genevois.

par
Julien Culet
Le refuge a dû préciser que ces cinq chatons ne sont pas à placer.

Le refuge a dû préciser que ces cinq chatons ne sont pas à placer.

Valérie Derivaz

«J'ai eu trois cas cette semaine, ça fait beaucoup.» Présidente de SOS Chats Genève, Valérie Derivaz est excédée par les adeptes de félins qui deviennent agressifs lorsqu'on leur refuse une adoption. A tel point qu'elle a dû prévenir, sur son site internet, que cinq chatons recueillis récemment n'étaient pas à placer et qu'il était «inutile de proférer des menaces pour en avoir un».

Le ton est vif. «La personne me dit qu'elle va contacter la presse ou qu'elle a des amis hauts placés et que nous aurons des problèmes, rapporte la responsable du refuge. Mardi, une dame m'a hurlé dessus pendant trente minutes.»

Les critères font des déçus

L'association choisit les maîtres de ses animaux en fonction de critères précis. Il y a donc des déçus. Elle demande que les boules de poils de moins de 3 mois soient placées en appartement par deux ou avec un autre chat. Elle ne fait pas non plus de réservation. Cela ne passe pas toujours: «Ceux qui s'énervent ne se préoccupent pas du bonheur de l'animal», regrette Valérie Derivaz.

Pas de chatons sur le net

La SPA vaudoise reçoit parfois le même genre de menaces de mauvaise publicité quand l'association refuse une adoption. «Mais pour éviter au maximum ce problème, nous ne mettons pas de photos de chatons sur internet, indique Stéphane Crausaz, porte­parole. Elles déclenchent une sensibilité chez les gens. Au final, cela provoque une grande ferveur pour beaucoup de déçus.»

Ton opinion