Actualisé 12.10.2016 à 14:47

Guerre en Syrie

«Ils ont accusé la Russie de tous les péchés»

Les tensions diplomatiques entre la Russie et la France ont culminé avec l'annulation par Poutine d'une visite prévue à Paris.

1 / 118
Un accord a été conclu «sous la houlette de la Russie et de la Turquie» pour évacuer les civils et les rebelles à Alep. (13 décembre 2016)

Un accord a été conclu «sous la houlette de la Russie et de la Turquie» pour évacuer les civils et les rebelles à Alep. (13 décembre 2016)

AFP
Les rebelles se sont retirés lundi de six nouveaux quartiers importants d'Alep face à l'avancée de l'armée syrienne rapporte l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). Ils ne sont plus que dans une petite poche dans la deuxième ville de Syrie. La prise d'Alep n'est «plus qu'une question de temps», selon l'OSDH. (12 décembre 2016)

Les rebelles se sont retirés lundi de six nouveaux quartiers importants d'Alep face à l'avancée de l'armée syrienne rapporte l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). Ils ne sont plus que dans une petite poche dans la deuxième ville de Syrie. La prise d'Alep n'est «plus qu'une question de temps», selon l'OSDH. (12 décembre 2016)

AFP
Plus de de 10'000 civils ont fui les quartiers rebelles d'Alep depuis minuit en raison des violents bombardements. (Dimanche 11 décembre 2016)

Plus de de 10'000 civils ont fui les quartiers rebelles d'Alep depuis minuit en raison des violents bombardements. (Dimanche 11 décembre 2016)

AFP

Le président russe Vladimir Poutine a accusé jeudi la France d'avoir cherché à «envenimer la situation» en forçant la Russie à mettre son veto au projet de résolution à l'ONU sur l'arrêt des bombardements en Syrie.

Les Français ont déposé une résolution «pour obtenir un veto (de Moscou) et pour quoi faire? Pour envenimer la situation et attiser l'hystérie antirusse autour de la Russie», a déclaré Vladimir Poutine, alors qu'il s'exprimait dans le cadre d'un forum économique à Moscou.

«C'est nous qui devrions être vexés»

Selon le président russe, le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Marc Ayrault, était venu le 6 octobre à Moscou rencontrer son homologue russe pour lui présenter son projet de résolution à l'ONU.

«Sergueï Lavrov a dit 'nous ne voterons pas contre la résolution si vous prenez en considération nos amendements'», a rappelé Vladimir Poutine.

«Et que s'est-il passé ensuite? Le ministre français des Affaires étrangères s'est envolé pour Washington, a rencontré le lendemain (le secrétaire d'Etat américain John) Kerry et ils ont accusé la Russie de tous les péchés mortels», a-t-il dénoncé.

«C'est nous qui devrions être vexés, pas nos partenaires, de cette situation», a-t-il estimé. «On appelle ça influencer et faire du chantage. Mais concernant la Russie, cela ne marche pas et ne marchera pas», a-t-il affirmé.

«Crimes de guerre»

Après le veto russe samedi aux Nations unies à la résolution française, les tensions diplomatiques entre la France et la Russie ont culminé mardi avec l'annulation par Vladimir Poutine d'une visite prévue de longue date à Paris, sur fond de raids aériens russes sur Alep, épicentre du conflit syrien.

Le président français, François Hollande, s'était interrogé dans une interview sur la nécessité d'une rencontre alors que des «crimes de guerre» étaient commis à Alep.

Rien n'a changé...

«Nos relations avec les Français, le peuple français, les entreprises françaises, n'ont pas du tout changé», a assuré Vladimir Poutine.

«Avec le président Hollande, j'ai de très bonnes relations personnelles, que je chéris beaucoup, et j'espère qu'elles nous aideront à surmonter les difficultés actuelles», a-t-il affirmé. (nxp/afp)

Kerry et Lavrov vont se rencontrer à Lausanne

Un meeting sur la Syrie réunissant les chefs de la diplomatie russe et américaine Sergueï Lavrov et John Kerry et plusieurs ministres des affaires étrangères de pays de la région se tiendra samedi à Lausanne.

«Cette rencontre (...) aura lieu pour étudier la possibilité de mesures permettant de régler le conflit syrien», a déclaré le ministère russe des affaires étrangères dans un communiqué. Des représentants de la Turquie et de l'Arabie saoudite seront présents.

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!