Paris: Ils ont côtoyé le «dépeceur» canadien
Actualisé

ParisIls ont côtoyé le «dépeceur» canadien

Que ce soit à bord d'un avion ou dans les rues parisiennes, ces personnes ont rencontré le tueur canadien. Témoignages.

par
lgl

«Se dire qu'il était à priori à Paris, à priori à côté de nous… Se rendre compte qu'on a dormi à côté de lui […] quand on pense à ce qu'il a fait, ça fait froid dans le dos», telles sont les réflexions angoissées des deux voyageurs du vol Montréal-Paris qui transportait Luka Rocco Magnotta. Ils ont en effet passé près de six heures en compagnie du tueur arrêté lundi dans un cybercafé berlinois.

Alors que David et Nathan ont pris place à bord de l'appareil, «un garçon arrive juste à côté de nous», se souviennent-ils. Ils reconnaissent le jeune homme dont les médias ont diffusé la photo. «Assez mince, grand, androgyne, cheveux mi-longs, un peu un look d'ado», décrivent-ils. Mais «il avait les cheveux plus longs que sur la photo», ajoutent-ils, avant de préciser qu'ils lui ont trouvé «un côté assez sale». «Il ne sentait pas très bon», confient-ils à Europe1.

«Un immense soulagement»

On retrouve le même mélange de peur et de soulagement chez les vendeuses parisiennes qui ont vu Magnotta entrer dans leur boutique.

«Il avait l'air très nerveux, se rappelle Marylin. Il a commencé à regarder les produits, et quand on lui a demandé s'il voulait de l'aide, il n'a rien répondu. Puis il s'est placé dans un rayon à l'abri de la caméra de surveillance et a commencé à filmer les produits avec son téléphone portable. Ma responsable lui a dit que c'était interdit. Là, il s'est énervé, et lui a fait bouh! » La responsable prend peur, et menace d'appeler la police. «Il a répété deux fois: Je veux pas d'ennuis! en français, avec un fort accent. Il est parti sans faire d'histoires. On n'a pas dormi pendant trois jours. Son arrestation est un immense soulagement.» confie-t-elle aux journalistes du «Parisien».

Ces témoignages quoique poignants doivent encore être vérifiés par la police.

Ton opinion