Golf - Ils ont fait le show à la Ryder Cup
Publié

GolfIls ont fait le show à la Ryder Cup

Les Américains ont remporté la compétition pour la 27e fois. Disputée pas équipes, dans une ambiance bon enfant, elle a donné lieu à des scènes de liesse et à des coups spectaculaires.

par
Claude-Alain Zufferey
Jordan Spieth, membre de l’équipe des États-Unis, a dû se sortir de situations parfois compliquées.

Jordan Spieth, membre de l’équipe des États-Unis, a dû se sortir de situations parfois compliquées.

AFP

Parmi les images de cette 43e Ryder Cup qui resteront, le coup de Jordan Spieth va certainement entrer dans l’histoire de la compétition. L’Américain, dans une situation totalement impossible, a mis sa balle à un mètre du drapeau.

Avant de frapper la balle, la question se posait de savoir, si physiquement, le coup était réalisable? Spieth l’a réussi, mais il a failli finir dans l’eau, tout en bas de la pente. Une scène incroyable.

Bryson DeChambeau frappe fort

L’une des grandes qualités de Bryson DeChambeau est de balancer des drives improbables, d’une longueur impressionnante: pour le meilleur et pour le pire.

À la recherche de son premier point en carrière en Ryder Cup, l’Américain a frappé sa balle dans le public. Se croyant à l’abri de tous risques, une spectatrice n’a pas été attentive et a reçu la balle sur son tibia. Elle ne s’attendait pas à ce que ce drive termine sa course aussi loin.

Un autre drive a également régalé les amateurs de golf. DeChambeau, en plus de frapper fort, a pris des risques sur une trajectoire. Il a choisi une option totalement différente de ses partenaires de jeu, mais une option payante. Avec 417 yards en ligne droite, il s’est retrouvé à proximité du drapeau.

La trajectoire rouge et celle de Bryson DeChambeau. Une incroyable prise de risques.

La trajectoire rouge et celle de Bryson DeChambeau. Une incroyable prise de risques.

Paul Casey dans ses œuvres

Alors que l’Europe avait encore ses chances, Paul Casey a réussi un coup parfait. Lorsque la chance s’allie à la technique, cela donne de belles choses. L’Anglais n’a pourtant pas permis à l’Europe d’éviter une petite humiliation.

Le show ultime

Les golfeurs, qui sont généralement tout en calme et en retenue, savent également se lâcher. En communion totale avec un public survolté, Justin Thomas et Daniel Berger ont pris l’apéro en pleine partie.

Ton opinion

0 commentaires