Vaud: Ils s'arrangent entre eux après un drame au boulot
Actualisé

VaudIls s'arrangent entre eux après un drame au boulot

Un ouvrier a fait croire qu'il était l'auteur d'un accident de chantier mortel. Trois hommes sont poursuivis par la justice.

par
Abdoulaye Penda Ndiaye
Deux palettes tombées d'une grue avaient fait un mort.

Deux palettes tombées d'une grue avaient fait un mort.

La panique était générale sur un chantier de Villars-le-Grand (VD) quand deux palettes sont ­tombées d'une grue, le 11 octobre 2016. Grièvement blessé, un ouvrier a été héliporté à l'hôpital de l'Isle à Berne. Il y est décédé dans la soirée. Le responsable de cet accident est un Portugais de 54 ans qui manipulait la grue alors qu'il n'a pas le permis pour utiliser une telle machine. Avant l'arrivée des secours, il aurait téléphoné à un grutier pour lui demander de porter le chapeau.

Mardi, au Tribunal du Nord vaudois, la procureure Hélène Rappaz s'est étonnée de l'attitude de l'ouvrier portugais de 47 ans qui a «menti pour protéger un collègue et s'incriminer lui-même». Cet homme est poursuivi pour induction de la justice en erreur et entrave à l'action pénale. Il a affirmé avoir agi par altruisme. «J'ai accepté spontanément de l'aider. Si j'étais à sa place, j'aurais apprécié d'être soutenu.»

«J'ai perdu un ami»

Très affecté par le drame, il a ajouté: «Plus qu'un camarade de travail, j'ai perdu un ami. Le soir, après le boulot, on allait boire des verres à Payerne. Les week-ends, on faisait des grillades chez notre patron.»

L'auteur de l'accident est, lui, accusé d'homicide par négligence et d'entrave à l'action pénale.

Par le passé, l'entreprise de construction avait déjà connu un accident qui avait fait un blessé. Accusé lui aussi d'homicide par négligence, le patron de la boîte a nié avoir ­donné des instructions pour maquiller la scène du crime avant l'arrivée de la police. «Je me rends sur tous mes chantiers deux ou trois fois par jour. Mais je ne peux pas être partout. Mes ordres ont toujours été: pas de permis, pas de machine.»

Ton opinion