Zoug – Scandale sexuel: «Ils s'embrassent. On fait quoi?»
Actualisé

Zoug – Scandale sexuel«Ils s'embrassent. On fait quoi?»

Une membre du PDC affirme mardi avoir vu Jolanda Spiess et Markus Hürlimann en train de se bécoter lors de la soirée où l'agrarien aurait abusé de la Verte.

par
mme/ofu
La députée Verte au Parlement zougois, Jolanda Spiess, affirme être victime d'une intrigue politique.

La députée Verte au Parlement zougois, Jolanda Spiess, affirme être victime d'une intrigue politique.

Le scandale sexuel qui touche l'ancien président de l'UDC zougoise, Markus Hürlimann, connaît un nouveau rebondissement. Une politicienne du PDC, qui souhaite rester anonyme, a raconté mardi au «Tages-Anzeiger» qu'elle était présente lors de la fameuse soirée, organisée le 20 décembre dernier à l'occasion de l'élection du nouveau président du Gouvernement zougois Heinz Tännler (UDC), après laquelle Markus Hürlimann aurait abusé de la Verte Jolanda Spiess.

Officiellement, le déroulement de la fête fait l'objet d'une enquête, confirme le porte-parole des autorités de poursuites judiciaires, Marcel Schlatter. Mais selon les récentes révélations de la mystérieuse membre du PDC, Markus Hürlimann et Jolanda Spiess se seraient comportés de manière «ridicule» et auraient tenté de se cacher. La politicienne les aurait notamment aperçus devant un bar en train de s'embrasser. Elle aurait alors suggéré à Jolanda Spiess de faire attention parce qu'un tel comportement pourrait être le coup de grâce pour sa carrière politique. Selon le «Tages-Anzeiger», les deux protagonistes lui auraient simplement ri au nez. La membre du PDC serait alors allée voir un ami du couple Spiess pour lui dire ce qu'elle avait vu: «Ils s'embrassent. Qu'est-ce qu'on doit faire?»

Contactée, Jolanda Spiess continue à prétendre qu'elle était sous l'emprise d'une substance qui lui a fait oublier toute la fin de la soirée et que Markus Hürlimann a abusé d'elle. Les échantillons de ses cheveux, testés à l'Institut de médecine légale de l'Université de Zurich, ne fournissent pourtant aucun indice d'une prise d'acide gamma-hydroxybutyrate (GHB). Malgré cela, la députée Verte au Parlement zougois pense être victime d'une intrigue politique.

De son côté, Markus Hürlimann, qui clame son innocence, a annoncé il y a quelques semaines qu'il allait lui aussi saisir la justice dans cette affaire.

Ton opinion