Super League: Ils s'en prennent à un arbitre vaudois
Actualisé

Super LeagueIls s'en prennent à un arbitre vaudois

Suite à une erreur d'arbitrage lors du match entre Bellinzone et St-Gall mercredi, l'arbitre vaudois Jérôme Laperrière a retrouvé sa voiture et ses affaires personnelles dans un sale état.

par
Reto Fehr/mac

En revoyant la scène du match où il refusait un pénalty évident aux Tessinois à la 78e, l'arbitre vaudois Jérôme Laperrière reconnaît son erreur: «C'était une mauvaise décision. Mais pendant le match, j'ai pensé que le gardien Daniel Lopar jouait le ballon». Manque de chance pour les Tessinois, l'arbitre accorda, deux minutes plus tard, un pénalty généreux aux St-Gallois.

A la fin du match remporté par St-Gall 3-1, Jérôme Laperrière et ses deux assistants constatent que leur vestiaire est dévasté et que leurs habits sont déchirés et trempés. La présence d'un surveillant n'a pas empêché quelques mécontents de commettre des actes de vandalisme. Les trois arbitres sont alors déplacés dans un autre local. «Nous étions bloqués là. La police s'y trouvait aussi. Oui, j'ai eu peur», raconte le Vaudois.

Lorsque le calme est revenu, le trio arbitral a pu s'éclipser du stade par une sortie arrière. Mais une autre surprise les attendait sur le parking. La voiture du Vaudois était recouverte de rayures et un pneu était crevé. «Le TCS a dû intervenir pour la réparer», précise encore Jérôme Laperrière qui n'a trouvé qu'une chemise et un t-shirt à enfiler.

Le chef des arbitres Urs Meier condamne évidemment ces méfaits: «Je suis surpris qu'une telle chose puisse se produire». L'ancien arbitre international a par ailleurs exigé un rapport détaillé sur cet incident. Il est néanmoins déjà en possession d'images montrant la gravité des faits.

Quant à Jérôme Laperrière, il ne compte pas se laisser dominer par la peur. «Je continuerai d'arbitrer. Je ne veux pas donner raison à ces personnes. Demain, j'arbitre de nouveau et je suis engagé pour la finale de la Coupe suisse entre Sion et Xamax». Lorsqu'on lui demande s'il se fait du souci, il nous répond: «Oui évidemment. On se pose beaucoup de questions lorsque cela nous arrive. Je ne suis pas le seul concerné. Il y a aussi ma famille et mes amis.»

Sanctions en vue

La commission de discipline a ouvert une enquête contre les joueurs et le club de Bellinzone. Le président de la ligue Roger Müller a menacé le club tessinois d’un retrait de points dans le pire des cas. Si des joueurs sont concernés, ils risquent une amende ou une suspension. Le club risque, lui, une amende, une interdiction de stade voire un retrait de points. Mais selon Roger Müller une telle sanction ne s’est encore jamais vue auparavant.

Ton opinion