Actualisé 10.07.2013 à 13:44

Lausanne«Ils s'étaient préparés et avaient acheté une arme»

Accusé de tentative de meurtre, un jeune Vaudois qui avait attaqué deux automobilistes au couteau risque huit ans de prison. Son complice encourt trois ans.

de
Caroline Gebhard

«Ils n'ont pas agi sur un coup de tête! Ils s'étaient préparés et avaient acheté une arme.» La procureure Carole Deletra a requis huit ans de prison pour tentative de meurtre, mercredi matin, contre Steeve*, un Vaudois de 22 ans qui avait asséné des coups de couteau à deux automobilistes, le 14 avril 2012, afin de s'emparer de leur véhicule. «Il a expliqué que le chauffeur de taxi s'était planté sur le couteau en sortant du taxi: ça paraît fantaisiste, a martelé la magistrate, qui a également demandé un traitement institutionnel. Il l'a agressé en le poignardant au bas ventre.» João*, le complice brésilien de Steeve, risque trois ans de prison. La représentante du Ministère public a finalement renoncé à le poursuivre pour tentative de meurtre, arguant qu'«il n'est pas possible de retenir qu'il avait fait sienne la volonté de son comparse».

Plut tôt dans la matinée, Steeve s'était adressé personnellement à sa première victime, un jeune homme blessé à la gorge après qu'il l'avait attaqué dans un parking lausannois: «J'aimerais te présenter mes excuses pour ce qui s'est passé et que tu les acceptes car c'est sincère. Je voulais que tu saches qu'il n'y avait rien de personnel.» Selon son avocate, Steeve était certes «prêt à aller loin» lorsqu'il avait commis ses agressions. «Mais prêt à tuer? Non.» Elle a également souligné que son client, au casier judiciaire déjà chargé, avait fini par prendre conscience de ses actes: «Il lui a fallu tomber très bas et faire du mal à beaucoup de personnes pour se rendre compte que la violence n'est pas la seule réponse.»

Libéré de l'accusation de tentative de meurtre, João risque trois ans de prison. Accusé de brigandage qualifié, il était présent lors des deux attaques au couteau. «La première agression n'a pas eu d'incidence sur son comportement puisqu'il était prêt à recommencer. Il peine à prendre conscience de la gravité de ses actes», a souligné la procureure Carole Deletra qui n'a pas vraiment cru à ses excuses, pas plus qu'à celles de Steeve. L'avocate de João a assuré, pour sa part, que son client n'avait «jamais envisagé l'utilisation du couteau: il était d'accord de menacer quelqu'un pour avoir ses clés mais pas de le poignarder». Elle a ajouté qu'il avait eu «un comportement relativement passif: il n'a pas participé activement à l'agression».

Verdict vendredi.

*prénoms d'emprunt

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!