Genève: Ils seront au taquet pour détecter le moindre pépin
Actualisé

GenèveIls seront au taquet pour détecter le moindre pépin

Les 120'000 bulletins de la votation sur la loi sur la police vont être recomptés. Résultat cette semaine.

par
Marine Guillain
Les Genevois ont décidé dimanche de restructurer la police de fond en comble. Ils ont accepté la nouvelle loi à une majorité de 50,02%.

Les Genevois ont décidé dimanche de restructurer la police de fond en comble. Ils ont accepté la nouvelle loi à une majorité de 50,02%.

Le oui l'avait emporté avec 42 petites voix d'avance, dimanche. Jamais un écart aussi infime n'avait été constaté lors d'un scrutin à Genève. Un recomptage avait immédiatement été évoqué, et la chancellerie d'Etat a décidé lundi de procéder à un nouveau dépouillement. Contrairement aux élections, le recomptage des voix n'est pas automatique lors des votations, même si l'écart est infime.

Les bulletins des 75% d'électeurs qui ont voté par correspondance ont été triés par six machines à lecture optique. Ceux déposés aux urnes le dimanche ont été comptabilisés manuellement (5%). Ils seront tous réunis, puis recomptés par les machines qui auront été rechargées au préalable. L'urne (un serveur informatique) qui recense les votes électroniques (20%) sera réouverte. Seuls les membres de la commission électorale détiennent les codes d'accès. A eux d'attester d'un déroulement conforme et de signaler les éventuelles anomalies.

Le recomptage des 120'000 bulletins devrait commencer ce mardi, le temps de s'organiser et de remobiliser une cinquantaine de personnes. La quinzaine de membres de la commission électorale (des représentants des différents partis), les jurés et les collaborateurs de l'administration vont normalement se réunir au service des votations, aux Acacias, où sont stockés les bulletins. Le tout devrait durer une poignée d'heures. Les résultats seront ensuite transmis au Conseil d'Etat qui les officialisera d'ici la fin de la semaine. La nouvelle loi sur la police avait recueilli dimanche une majorité de 50,02%. Elle était combattue par les syndicats de police, le MCG, l'UDC et Ensemble à gauche.

Troisième comptage possible

Les éventuelles erreurs pourraient s'expliquer par des maladresses lors du dépouillement manuel principalement. Et si le nouveau résultat différait du premier? Si l'écart change à peine ou s'il grandit, le processus devrait s'arrêter là. Si en revanche le résultat s'inverse, un troisième comptage aurait sûrement lieu. Les opposants ne se font pas d'illusions, mais jugent qu'un second décompte «enlèvera tout doute». Un nouveau scrutin ne pourrait être décidé qu'en cas d'irrégularité constatée suite à un recours et aboutissant à l'annulation du vote.

Votation menacée

La tenue de la votation sur la nouvelle loi sur la police a été menacée un certain temps. Un citoyen avait en effet contesté devant la justice le contenu de la brochure explicative distribuée aux citoyens. Celle-ci ne mentionnait pas clairement que les articles de la loi qui portent sur les moyens préventifs accordés à la police, et qui avaient été repris de l'ancienne loi, avaient été annulés par le Tribunal fédéral.

Ton opinion