Actualisé 13.07.2016 à 14:36

Jeux vidéo

Ils sont prêts à tout pour attraper des Pokémon

La folie s'empare des utilisateurs de «Pokémon Go». Certains y jouent en plein océan, d'autres dans des musées ou même dans un repère des Hells Angels.

de
rac

«Oui, nous avons fait du kayak afin de revendiquer l'arène pour #équipebleue»

Le nouveau jeu de Nintendo est source d'histoires pour le moins originales. Deux Néo-Zélandaises ont, par exemple, loué un kayak pour rejoindre une arène Pokémon au large des côtes de la capitale, Wellington, selon Mashable. Des tweets relatant leur aventure accompagnés de photos ont d'ailleurs vu le jour sur la Toile.

«HAHAHA oh mon Dieu, je suis sûre que ces gens sont en train de se battre pour l'arène !»

«Oui, nous avons fait du kayak afin de revendiquer l'arène pour #équipebleue»

Toujours en Nouvelle-Zélande, d'autres férus de l'application ont été priés par la police d'utiliser leur bon sens, après qu'ils aient frappé à la porte d'un quartier général du club de motards Hells Angels dans le but d'y attraper des Pokémon.

Commissariat de police pris d'assaut

En Australie, c'est un commissariat qui a été perturbé par les joueurs. Ces derniers voulaient y récupérer des Pokéballs. La police a posté un peu plus tard sur Facebook un message indiquant qu'il n'était pas nécessaire d'entrer dans l'établissement pour y chercher des objets. Sans oublier de préciser qu'il pouvait être utile de ne pas rester scotché à son Smartphone lorsqu'on traverse la route.

«Obligés de fixer des règles de sécurité»

En plein musée de l'Holocauste

Mardi, c'est le directeur du musée de l'Holocauste de Washington qui a demandé par le biais du «Washington Post» à ses visiteurs d'arrêter de chasser des Pokémon: «Jouer à ce jeu n'est pas approprié dans le musée, qui est un mémorial pour les victimes du nazisme.»

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!