Ils tirent le feu d'artifice dans la mauvaise commune
Actualisé

Ils tirent le feu d'artifice dans la mauvaise commune

Gros couac. La moitié des feux destinés à Cully sont partis en fumée sous les yeux des habitants de Rivaz. Ravis du cadeau, car ils n'avaient rien commandé!

Le pilote de la barge transportant les artificiers s'est tout simplement trompé de position. Au lieu de conduire les spécialistes à Cully, il s'est posté 3 km plus loin, au large de Rivaz.

«C'est comme un pilote d'avion qui se trompe d'aéroport!» a commenté hier en riant le syndic de Cully. Jean-François Potterat était plutôt en colère mardi soir. Plus de 1500 personnes ont attendu sur la place d'Armes et sur un bateau de la CGN le spectacle pyrotechnique marquant la fête nationale.

Voyant le ciel des voisins animé alors que rien n'était annoncé, le responsable technique de Cully a contacté le pilote pour rectifier le tir. Un peu tard. Les feux sont arrivés juste avant minuit, réduits de moitié. Tout comme le public, lassé d'attendre.

Il n'y aura pourtant pas de séance de rattrapage. «Nous allons exiger que la facture (n.d.l.r.: de 18 000 fr.) soit réduite», a affirmé le syndic. A défaut de mettre le feu aux poudres, l'erreur a amusé les 200 personnes réunies à Rivaz, y compris le syndic, qui estime pourtant ces animations «futiles».

D'autres y voient un signe politique: «C'est un premier pas vers une fusion plus large», a glissé l'ancien syndic de Cully à son successeur. Une allusion à la fusion des communes de Lavaux balayée dans les urnes au printemps 2005.

Sophie Roselli

Ton opinion