Actualisé 01.06.2015 à 15:08

Royaume-UniIls vendent du vent et finissent en prison

Cinq financiers ont été condamnés à la prison ferme pour avoir fait perdre des millions de livres à une centaine d'investisseurs.

Les malfrats avaient fait miroiter d'importants revenus sur des terres agricoles, a annoncé lundi le régulateur britannique des marchés. La Financial Conduct Authority (FCA) a expliqué que les condamnés avaient écopé de peines allant de deux ans à jusqu'à huit ans de prison ferme, pour le plus lourdement condamné, Scott Crawley.

Deux autres financiers ont écopé de peines de prison avec sursis et un dernier connaîtra sa peine ultérieurement.

Les différents verdicts ont été rendus par la justice fin avril et fin mai, mais n'ont été rendus publics que lundi par la FCA, qui avait enquêté sur cette affaire et l'avait portée devant les juges.

Le régulateur financier a expliqué que les condamnés avaient lancé, sans autorisation, un schéma d'investissement à travers trois entreprises entre 2008 et 2011 - Plott Investments, European Property Investments et Stirling Alexander.

«Les agents commerciaux de ces entreprises ont appelé des investisseurs potentiels pour leur vendre des terres agricoles que ces entreprises avaient acheté pour presque rien et d'autres terres que ces entreprises ne possédaient pas», a expliqué la FCA dans un communiqué.

Les propriétés en question étaient des terrains agricoles et des espaces verts situés dans les comtés anglais du Kent (sud-est) et du Northamptonshire (centre).

«Utilisant des argumentaires de vente, du matériel promotionnel trompeur et des techniques de vente mettant la pression, ils ont menti à propos de la valeur actuelle et future des terres. Les acquéreurs étaient persuadés d'acheter des terres (...) sur la fausse promesse d'un profit substantiel», a poursuivi la FCA.

Le régulateur des marchés a ajouté que «4,3 millions de livres (6 millions d'euros) au moins avaient été soutirées aux investisseurs qui n'ont jamais vu revenir» d'argent par la suite.

Le juriste ayant mis en place le système d'investissement dénoncé avait ainsi perçu quelque «900.000 livres sur ses comptes, venant directement des sommes extorquées frauduleusement», a précisé la FCA.

pn/jk/ial/ (afp)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!