Actualisé 24.03.2016 à 18:47

Attentats de BruxellesIls veulent améliorer le partage des renseignements

Les pays de l'UE se sont réunis à Bruxelles pour «tirer les conséquences» des attentats de mardi.

1 / 116
Deux semaines après les attentats meurtriers qui ont visé l'aéroport et le métro de Bruxelles, soixante-six blessés sont toujours hospitalisés, dont trente-sept aux soins intensifs. (Lundi 4 avril 2016)

Deux semaines après les attentats meurtriers qui ont visé l'aéroport et le métro de Bruxelles, soixante-six blessés sont toujours hospitalisés, dont trente-sept aux soins intensifs. (Lundi 4 avril 2016)

Keystone/EPA
Une quarantaine de vols sous haute surveillance sont prévus au départ et à l'arrivée de l'aéroport international de Bruxelles. (Lundi 4 avril 2016)

Une quarantaine de vols sous haute surveillance sont prévus au départ et à l'arrivée de l'aéroport international de Bruxelles. (Lundi 4 avril 2016)

AFP
Un premier avion a décollé à l'aéroport de Bruxelles depuis les attentats, tout un symbole. (Dimanche 3 mars 2016)

Un premier avion a décollé à l'aéroport de Bruxelles depuis les attentats, tout un symbole. (Dimanche 3 mars 2016)

AFP

Les ministres de l'Intérieur et de la Justice des pays de l'UE se sont réunis jeudi à Bruxelles pour «tirer les conséquences» des attentats de mardi. Ils ont plaidé pour l'accélération de l'adoption d'outils communs de lutte contre le terrorisme et l'amélioration du partage de renseignements.

Cette réunion extraordinaire, à laquelle Roberto Balzaretti, ambassadeur de la Suisse auprès de l'UE a pris part, devait témoigner de la solidarité des Etats membres avec la Belgique, mais aussi améliorer la coopération européenne contre le terrorisme.

«Nous devons tirer les conséquences» des attentats de mardi, a estimé le ministre allemand de l'Intérieur Thomas de Maizière, plaidant pour un «meilleur échange d'informations en Europe» entre services de renseignements.

Le fichier du système d'information Schengen «doit être systématiquement interrogé, doit être alimenté de manière homogène par tous les pays de l'UE, ce qui pour l'instant n'est pas le cas», a insisté son homologue français Bernard Cazeneuve.

Registre européen

Les deux ministres ont plaidé pour une adoption rapide au Parlement européen d'un autre outil de partage de données: le PNR, considéré comme un outil désormais indispensable de lutte contre le terrorisme.

Ce registre européen des données des passagers aériens, en discussion depuis plusieurs années, devait être adopté en mars par les eurodéputés. Le vote a toutefois été reporté, certains groupes parlementaires souhaitant qu'il soit adopté en même temps qu'un texte sur la protection des données personnelles.

La réunion ministérielle de jeudi, deux jours après les attentats de Bruxelles, est «une occasion pour mieux faire travailler entre eux les services de renseignement», a lancé le vice-président de la Commission européenne, Frans Timmermans. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!