Suisse: Ils veulent bannir la vente de feux d’artifice aux citoyens

Publié

SuisseIls veulent bannir la vente de feux d’artifice aux citoyens

Une initiative populaire propose que seules les autorités puissent tirer les engins pyrotechniques, qui seraient interdits de vente aux particuliers. La récolte de signatures a démarré.

par
Yannick Weber
Les spectacles pyrotechniques seraient réservés aux pros et aux grandes occasions.

Les spectacles pyrotechniques seraient réservés aux pros et aux grandes occasions.

20min/Taddeo Cerletti

L’initiative populaire «Pour une limitation des feux d’artifice» est lancée: mardi a commencé la récolte de signatures. Ses créateurs sont variés: on y trouve la Ligue suisse contre le bruit, la Société cynologique suisse («Chien suisse»), Pro Natura, mais aussi un certain Daniel Koch, figure de la lutte contre le coronavirus à ses débuts et illustre adepte de canicross.

Des tonnes de particules

«La joie de quelques personnes ne doit pas nuire à la qualité de vie de toutes les autres, lit-on sur le site de l’initiative. Les pétards provoquent la panique chez les enfants en bas âge ainsi que les animaux domestiques, sauvages et d’élevage, et les empêchent de dormir.»

Il y a aussi des problèmes environnementaux. Chaque année, 300 tonnes de particules fines sont répandues dans l’atmosphère, ce qui représente tout de même 2% des émissions totales (sans que les chiffres ne détaillent la proportion de ces particules issues des particuliers et celle des spectacles réalisés par les communes). Problèmes respiratoires, déchets, risques d’incendie: le diable est peint sur la muraille.

Un compromis pour les grandes occasions

Dans un esprit suisse, les initiants proposent un compromis: autoriser les feux d’artifice pour «les événements d’importance suprarégionale». On pense bien sûr au 1er Août et au Nouvel-An, mais les initiants mentionnent aussi les Züri Fäscht ou, pour amadouer les Romands, la Fête des vignerons. Mais à ces occasions seules les autorités auraient le droit de les tirer. «La vente et l’utilisation de pièces d’artifice qui causent du bruit» seraient «interdites» pour les particuliers, dit le texte de l’initiative.

«Heureux pays»

La proposition consterne en tout cas le conseiller national Jean-Luc Addor (UDC/VS). «Heureux pays que celui qui peut se payer le luxe de débattre de choses pareilles alors que non loin d’ici une guerre menace l’Europe et le monde», réagit-il à chaud. Il relève que les feux sont tirés seulement dans des contextes de fête. «Ils veulent limiter la fête, ils veulent empêcher les gens de se réjouir», déplore-t-il. Quant à la question de la tranquilité des animaux, elle ne le convainc pas, malgré sa connaissance intime de la problématique, lui qui a trois chats à la maison. «J’aime mes chats, et ils ont toujours survécu», dit-il.

Tout ça pour seulement deux fêtes par année? Les initiants relèvent que les détonations retentissent déjà des jours avant et des jours après les dates des fêtes. «En 2021, les pétards du 1er Août ont duré quatorze jours dans de nombreuses régions! Sans parler des feux d’artifice tout au long de l’année pour des anniversaires, fêtes privées ou des entreprises», notent-ils.

Chiens et feux: un bruit contre un autre

Les partisans du texte ont préparé leurs arguments pour répondre aux critiques. Et ils s’attendent notamment à des remontrances de citoyens qui subissent les crises d’aboiement des chiens du voisin. Interdire les feux d’artifice pour protéger les chiens du bruit alors qu’eux-mêmes sont bruyants comme des tondeuses à gazon? «Cette comparaison est complètement boiteuse. Les détonations des feux d’artifice sont des émissions sonores soudaines et intenses qui provoquent la panique et la peur. Concernant les aboiements de chiens, il existe également des règles claires. Les infractions peuvent être dénoncées», disent les initiants.

Des villes renoncent

Plusieurs communes ont déjà renoncé à tirer des feux pour la Fête nationale ou le passage à la nouvelle année. Mardi, le président des Vert-e-s vaudois-es Alberto Mocchi a réagi au lancement de l’initiative en rappelant que la commune de Daillens dont il est le syndic a décidé l’an dernier de consacrer son budget jadis consacré aux feux à la tenue d’un brunch offert à la population. Les particuliers aussi semblent se détourner des pétards. En 2019, «Le Temps» relevait que des coopératives régionales Migros avaient retiré les articles de leurs stocks après le constat d’une baisse continue des ventes.

Ton opinion

339 commentaires