Saint-Moritz (GR) - Ils veulent récupérer leur appart à l’aide d’une tronçonneuse
Publié

Saint-Moritz (GR)Ils veulent récupérer leur appart à l’aide d’une tronçonneuse

Les nouveaux propriétaires d’un appartement dans la station huppée de Saint-Moritz (GR) ont tenté de déloger l’ancien occupant à l’aide d’une tronçonneuse. Ils reçoivent des menaces dignes de Robin des Bois en retour.

La nouvelle propriétaire d’un 2,5 pièces de la station de ski de Saint-Moritz, dans les Grisons, a débarqué sur les lieux avec son mari équipé d’une tronçonneuse pour faire entendre raison à l’occupant actuel, un artiste rentier AI à cause de problèmes de dos. L’homme de 53 ans n’a pas quitté les lieux malgré l’expiration de son bail au 1er avril relate «Blick».

Le peintre originaire de Saint-Moritz avait demandé une prolongation de bail mais il ne s’est pas présenté au rendez-vous, à cause de ses douleurs au dos. Il exige une autre entrevue mais les nouveaux propriétaires ne veulent pas attendre plus longtemps. «Nous avons acheté l’appartement sans bail existant. L’homme y séjourne illégalement. Nous l’avons depuis dénoncé pour intrusion, menace et coercition», argue la femme.

Une querelle qui dure

Le couple était déjà venu par trois fois avec une approche plus pacifique. Sans clé, ils ont tenté de rentrer dans l’appartement les 1, 6 et 7 avril. La police a d’ailleurs confirmé être intervenue sur au moins un des trois incidents sans donner plus de détails. Sans succès jusque-là, le couple a alors engagé les grands moyens: tronçonneuse et scie sauteuse. Le locataire gênant ayant eu peur pour sa vie s’est défendu arc et flèches en main. Il n’a pas eu besoin d’en faire usage.

Du côté du mari du couple, l’utilisation de la tronçonneuse se justifiait amplement. «La porte nous appartient, nous avons le droit de la découper, précisément parce que nous n’avons pas de clé pour la nouvelle serrure. En fait, nous voulions juste prendre des échantillons d’amiante dans la colle des carreaux de la cuisine.»

Aujourd’hui à l’hôpital après un choc à la tête à la suite d’une chute, l’artiste peintre souhaite revenir dans l’appartement parce qu’il n’a pas d’autres solutions. «Je vais probablement devoir me présenter au bureau de l’aide sociale. Je suis désespérément à la recherche d’un appartement abordable et adapté aux personnes en situation de handicap. Ce n’est guère possible à Saint-Moritz», détaille-t-il. Pas sûr que la propriétaire actuelle soit d’accord.

(fro)

Ton opinion