Genève/ France voisine - Ils veulent rejoindre une rave à la nage, grosse opération de sauvetage
Publié

Genève/ France voisineIls veulent rejoindre une rave à la nage, grosse opération de sauvetage

Deux jeunes ont tenté de traverser le Rhône dimanche matin pour rejoindre une fête vers Chancy (GE). Les pompiers suisses et français ont engagé de gros moyens pour les sauver.

par
Maria Pineiro
SIS

Grosse frayeur à la frontière franco-suisse ce dimanche matin. Peu avant 7h30, les participants d’une rave ont alerté les secours: deux jeunes gens sont en difficulté dans le Rhône, gonflé par des jours et des jours d’intempéries. «Un homme et une femme, sous l’effet de psychotropes, ont tenté de traverser le fleuve pour rejoindre une rave party», commente sobrement Jean-Philippe Brandt, porte-parole de la police cantonale genevoise. Mal leur en a pris, puisque le cours d’eau s’écoule à 850m3/sec, un énorme débit, et que la température ne dépasse pas 17 degrés.

Berges naturelles

Compte tenu des conditions et de la localisation à la frontière entre le canton de Genève et les départements de la Haute-Savoie et de l’Ain, de gros moyens sont engagés. «Avec le courant, les victimes peuvent être déportées très rapidement vers l’aval, explique Nicolas Millot, officier de communication du Service d’incendie et de secours de la Ville de Genève. De plus, dans cette zone, les berges sont à nouveau naturelles, avec de nombreux arbres qui cachent la vue aux sauveteurs.»

1 / 3
Service d’incendie et de secours de la Ville de Genève

Hypothermie sévère

Vers 8h30, la première victime, une jeune femme de 20 ans, est repérée par l’hélicoptère et récupérée par le bateau des pompiers en légère hypothermie. Elle sera acheminée au HUG pour y être prise en charge. Son compagnon d’infortune n’a pas la même chance, il sera sorti de l’eau un quart d’heure après, souffrant d’hypothermie sévère. Son pronostic vital a été engagé. Les deux jeunes ont dérivé sur un kilomètre avant de pouvoir rejoindre la berge, mais s’y sont trouvés coincés en deux lieux différents.

Moyens exceptionnels

Au total, les services de secours genevois et français ont engagé 45 professionnels pour venir en aide aux deux malheureux: pompiers, policiers, rega, plongeurs épaulés de chiens, de bateaux et d’hélicoptères ont été mis à contribution. «Il s’agit d’un sauvetage qui a nécessité des moyens exceptionnels pour repérer puis repêcher les victimes dans des conditions de navigation difficiles», relate Nicolas Millot, répète les mises en garde: il faut encore être patient avant de penser à profiter des activités en eaux vives.

Ton opinion