Football: «Ils vont vous faire aimer notre pays»
Actualisé

Football«Ils vont vous faire aimer notre pays»

Avant de décoller pour Tbilissi, on est allé récolter des informations au seul restaurant géorgien de Suisse. Ca s'annonce bien.

par
Robin Carrel
Le centre-ville de la capitale géorgienne.

Le centre-ville de la capitale géorgienne.

Keystone

Avant de partir dans une contrée lointaine, il faut toujours se blinder. Surtout quand c'est à peine pour une soixantaine d'heures, dans le sillage de l'équipe de Suisse de football. Cette fois, Vladimir Petkovic emmène ses joueurs, ses supporters et le cortège médiatique du côté de Tbilissi, en Géorgie. Un pays méconnu. Alors pour se préparer et essayer de ne pas raconter trop n'importe quoi, on est allé à la pêche aux renseignements.

La chance qu'on a eue, c'est que le seul restaurant géorgien de Suisse se trouve à Lausanne, à quelques encablures des bureaux du Sport-Center. L'occasion était trop belle et faisait forcément le larron. La Famille Haveri nous y a accueilli avec un plaisir non dissimulé, se réjouissant de nous aider au maximum. «Vous verrez, les gens là-bas vont vous faire aimer notre pays», ont-ils conclu après une discussion à brochettes rompues. C'est donc peu dire qu'on se réjouit.

Le truc génial, quand on suit des équipes de football, c'est qu'on découvre des endroits qu'on n'aurait jamais pensé visiter un jour. Mais le problème, quand on suit des équipes de football, c'est qu'on y reste généralement que quelques jours, si ce n'est quelques heures. Alors pour Tbilissi, on a demandé aux tenanciers du Pré-Fleuri, sis Avenue d'Ouchy à Lausanne, de nous donner les choses à ne pas manquer. Au final, ce dont on va manquer, c'est surtout de temps.

Car quand les Haveri ont été lancés, ils ont presque été intarissables sur leur pays d'origine. «Ce n'est pas beaucoup, 48 heures sur place, nous ont-ils dit. Mais ce qu'il ne faut surtout pas rater, c'est le funiculaire. Vous allez à la station de métro Rustaveli, vous sortez à droite, à 50 mètres, il y a l'entrée de ce petit train qui monte sur la montagne. Là-bas, il y a un point de vue sur la ville qui est superbe.»

L'affaire s'annonçait bien. C'est ensuite qu'on n'a plus trop su si on allait avoir quelques minutes pour dormir au cours de ce périple. «A 30 minutes en voiture, il y a une retenue d'eau magnifique. Et il faut aussi aller dans le parc qui se trouve sur sa route!, s'emballent-ils. On peut tout y acheter, dont les fameux chapeaux kozaks. Ils y sont bien moins chers que dans les magasins de touristes. Mais il ne faut pas qu'on vous entende parler français, le prix risque de vite augmenter!» Vous devriez vous en sortir pour une vingtaine de francs.

En ville, la famille Haveri conseille aux fans helvètes de tester à tout prix les bains géorgiens. «C'est excellent pour la santé. Mais c'est aussi une odeur très spéciale, de soufre. Ça se trouve à la Rue Leselidze. Il faut y aller le soir et ne pas hésiter à réserver. Le jardin botanique est aussi magnifique. A Tbilissi, on peut aussi simplement se balader à pied et ouvrir les yeux pour pouvoir apprécier la beauté de la ville.» Nos hôtes nous ont aussi conseillé de prendre un taxi («Ce n'est pas cher, maximum 20 francs suisses») pour aller apprécier Mzheta et ses églises.

Et sinon, la nourriture, la vie, c'est comment? «Maintenant, beaucoup de Géorgiens parlent anglais, surtout les jeunes, indiquent-ils. Les panneaux commencent aussi à être traduits du géorgien et écrits dans votre alphabet. Sinon, côté repas, il faut tester le Khinkali, de gros raviolis, le Shashlik, des brochettes de viande et le Khatchapouri, des pains au fromage. Mais il faut vraiment que vous gouttiez le fromage local! Sinon, il ne faut pas passer non plus à côté des bières géorgiennes, de l'eau gazeuse locale qui est très réputée et qui sort directement gazeuse de la source.» Un dernier conseil, peut-être? «Il n'y a pas besoin de laisser de pourboires. 10% sont déjà comptés dans le total de la facture.»

Donc si vous allez sur place, n'espérez pas dormir si vous voulez faire le tour de tout cela. Dans leur extrême gentillesse, nos hôtes nous ont même donné le numéro de téléphone d'une de leurs amies sur place qui peut organiser des expéditions touristiques rien que pour nous. N'hésitez pas à nous écrire si vous voulez en profiter Comme ça, vous arriverez repus au stade, avec des images plein les yeux et sûrement la peau revigorée si vous êtes allés aux bains. Ça donne envie, non?

Ton opinion