Actualisé 31.05.2006 à 21:47

Imaginé par des jeunes, le skatepark idéal voit le jour

Le mobilier urbain des «Yeux de la ville» a été récupéré et transformé en modules de skate.

C'est en voyant les gros cubes posés l'été dernier dans le quartier des Bains que Jim Zbinden a eu l'idée de recycler ces éléments pour les amateurs de skate. Il a donc proposé son projet à la délégation de la Jeunesse, qui l'a accepté en octobre 2005. L'aventure pouvait démarrer.

Pendant sept mois, Jim et trois jeunes skateurs genevois de 16 ans, Yan, Lucien et Arthur, ont imaginé, puis concrétisé le skatepark de leur rêve. «A Genève, il n'y a pas de parc skatable!» s'indigne Yan. «Il est important d'adapter les structures aux besoins des skateurs d'aujourd'hui. Notre sport est en perpétuelle évolution, explique Jim Zbinden. Les skateparks comme celui de Plainpalais sont impraticables lorsqu'ils ne sont pas faits par des connaisseurs de ce sport.»

Des professionnels indépendants ont ensuite été mandatés pour la modification des ex-structures des «Yeux de la ville». L'ensemble du projet a coûté environ 40 000 fr. «Ce n'est rien lorsqu'on sait que le prix d'une simple rampe oscille entre 50 000 et 100 000 fr.», explique Claudio Deuel, de la délégation de la Jeunesse. Un bon exemple d'écologie.

Aujourd'hui, les trois grands modules et les huit kickers sont installés place Chateaubriand. L'ouverture officielle du skatepark aura lieu demain dès 18 h.

Sabrine Gillièron

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!