Publié

Château de Prangins (VD)Immersion dans l’histoire inattendue du jeu vidéo

L’exposition «Games» éveille la nostalgie des geeks des premières heures et rappelle le chemin parcouru d’une activité devenue incontournable.

par
Laurent Favre

L’exposition «Games» se tient du 21 mars au 10 octobre 2021, au Château de Prangins.

vidéo mediaprofil

Il lui a fallu près d’un demi-siècle pour se détacher définitivement de son image d’activité réservée à des geeks boutonneux. Le jeu vidéo a fini par acquérir ses lettres de noblesse en faisant partie intégrante du programme culturel de la Confédération et l’objet d’études pluridisciplinaires. L’exposition «Games» au musée national Suisse retrace son histoire avec la présence des premiers titres pixellisés aux mélodies 8-bits très addictives.

On y retrouve l’incontournable «Pong», le premier succès commercial du genre signé Atari en 1972 consistant à se renvoyer une balle via un écran avec un graphisme très sommaire. Les plus jeunes visiteurs découvriront peut-être les bornes d’arcade avec le plaisir de tuer les aliens au design culte dans «Space Invaders» et d’obtenir le meilleur score à «Pac-Man», le célèbre mangeur de gommes. À la fin des années 70, il fallait insérer de la monnaie dans ces formes réimaginées du flipper.

«On a voulu faire une expo grand public. On s’adresse aussi aux gens qui ont des idées reçues sur les jeux vidéo»

Helen Bieri Thomson, directrice du Château de Prangins.

Ces jeux se sont par la suite démocratisés dans les foyers grâce à des ordinateurs personnels comme le Commodore 64 ou des consoles de jeux à l’exemple de la NES de Nintendo et son hit «Super Mario Bros» (1985). Mais les joueurs ont bientôt fini de jouer seul dans leur coin avec l’arrivée des LAN parties popularisées avec «Counter-Strike». Les visiteurs de l‘exposition peuvent (re)découvrir ce jeu de tir à la première personne de référence sorti en l’an 2000 qui y occupe une belle place. Ils peuvent y jouer, de même qu’aux premières versions pixellisées de «Lara Croft» et autre «Sims».

Le jeu vidéo a vécu ensuite une grande mue avec des titres dématérialisés et accessibles en ligne comme l’illustre le titre massivement multijoueur «World of Warcraft». En parallèle, les pixels disparaissent complètement au profit de graphismes au réalisme saisissant. Le jeu vidéo s’est transformé en une juteuse industrie à l’exemple de la franchise «Grand Theft Auto», dotée de budgets comparables aux blockbusters d’Hollywood.

Ton opinion