Sommet Biden-Poutine - Impact réduit pour les passagers de l’aéroport
Publié

Sommet Biden-PoutineImpact réduit pour les passagers de l’aéroport

Si la sécurité sera fortement renforcée pour la venue des présidents américain et russe à Genève, les voyageurs et les activités de Cointrin ne seront pas chamboulés.

par
David Ramseyer
Un avion de la délégation américaine sur le tarmac de l’aéroport de Genève en 2011.

Un avion de la délégation américaine sur le tarmac de l’aéroport de Genève en 2011.

Olivier Vogelsang/TDG

Le tourbillon diplomatique et sécuritaire qui attend Genève en début de semaine prochaine, avec le sommet entre les présidents Joe Biden et Vladimir Poutine, ne devrait pas trop perturber la bonne marche de Genève Aéroport.

Vols réguliers maintenus

En matière de trafic aérien, le Conseil fédéral doit préciser vendredi le régime des zones d’exclusion pour les avions de tourisme ou les drones, notamment. Mais elles ne concerneront pas les vols commerciaux, qui se poursuivront quasi normalement à Cointrin. «Ils ne seront suspendus qu’environ 15 minutes avant et après l’atterrissage et le décollage des appareils américain et russe», précise Ignace Jeannerat, porte-parole de l’aéroport genevois.

Les compagnies aériennes ont été prévenues. «Tout se fera un peu au dernier moment, puisque nous ne connaîtrons que tardivement les heures précises d’arrivée et de départ des avions présidentiels.» Cela pourrait provoquer quelques légers retards pour les passagers de vols commerciaux, sans plus, assure Cointrin.

Shops ouverts

Les délégations n’utiliseront pas les accès usuels de l’aéroport. Elles emprunteront en effet l’une des sorties routières gardées et tenues secrètes qui donnent directement sur le tarmac. La sécurité sera renforcée dans les terminaux; mais aussi à proximité de la piste, avec la présence d’agents «qui ne sont habituellement pas là». La direction de Cointrin a par ailleurs rappelé à ses employés au sol que la prise de photos ou de vidéos leur était interdite. La police internationale, les forces de l’ordre cantonales ou encore l’armée seront en alerte. Pour d’évidentes raisons de sûreté, Cointrin n’entend pas décrire plus en détails son dispositif.

À l’intérieur des bâtiments, il n’y aura pas de changement notable pour les passagers. Les duty-free, les magasins et les restaurants resteront ouverts. «Un voyageur qui se rendra à l’aéroport en début de semaine prochaine apercevra un peu plus de policiers, résume Ignace Jeannerat. Mais sinon, il ne verra pas la différence avec les autres jours.»

Une cellule au taquet

Depuis deux semaines, une cellule spéciale qui réunit divers services de l’aéroport et la police internationale planchent sur les dispositifs d’accueil des délégations. Une douzaine de personnes se réunissent ainsi tous les jours «pour s’adapter en continu aux demandes américaines et russes, mais aussi à celles de la Confédération ou encore de l’armée suisse, détaille Ignace Jeannerat. Genève Aéroport a l’expérience de ce genre de situations.»

Ton opinion