Syrie: Importants renforts à Alep pour une bataille cruciale

Actualisé

SyrieImportants renforts à Alep pour une bataille cruciale

Rebelles et régime syriens ont dépêché lundi d'importants renforts en hommes et en armes à Alep et dans ses environs. Ils se préparent à une bataille cruciale pour le contrôle de la deuxième ville de Syrie. Son issue constituerait un tournant dans la guerre.

1 / 118
Un accord a été conclu «sous la houlette de la Russie et de la Turquie» pour évacuer les civils et les rebelles à Alep. (13 décembre 2016)

Un accord a été conclu «sous la houlette de la Russie et de la Turquie» pour évacuer les civils et les rebelles à Alep. (13 décembre 2016)

AFP
Les rebelles se sont retirés lundi de six nouveaux quartiers importants d'Alep face à l'avancée de l'armée syrienne rapporte l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). Ils ne sont plus que dans une petite poche dans la deuxième ville de Syrie. La prise d'Alep n'est «plus qu'une question de temps», selon l'OSDH. (12 décembre 2016)

Les rebelles se sont retirés lundi de six nouveaux quartiers importants d'Alep face à l'avancée de l'armée syrienne rapporte l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). Ils ne sont plus que dans une petite poche dans la deuxième ville de Syrie. La prise d'Alep n'est «plus qu'une question de temps», selon l'OSDH. (12 décembre 2016)

AFP
Plus de de 10'000 civils ont fui les quartiers rebelles d'Alep depuis minuit en raison des violents bombardements. (Dimanche 11 décembre 2016)

Plus de de 10'000 civils ont fui les quartiers rebelles d'Alep depuis minuit en raison des violents bombardements. (Dimanche 11 décembre 2016)

AFP

Selon le directeur de l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) Rami Abdel Rahmane, aussi bien le régime que les rebelles ont envoyé des renforts à Alep et dans les environs. Un haut responsable de la sécurité à Damas a confirmé l'arrivée de renforts au sud d'Alep. «La situation n'est pas inquiétante, car les rebelles sont dans une poche sous notre feu», a-t-il dit.

Dimanche soir, les groupes rebelles et des djihadistes avaient annoncé le début de la bataille pour s'emparer de la totalité d'Alep, après avoir porté un coup dur au régime dans cette ville du nord du pays. Les insurgés ont en effet brisé le siège de trois semaines imposé par le régime à leurs quartiers dans l'est d'Alep.

Victoire significative

Leur contre-offensive leur a aussi permis d'encercler les quartiers prorégime dans l'ouest de la cité divisée. Cette victoire est l'une des rares remportées ces dernières années par les rebelles face au régime. Elle est d'autant plus significative que le régime a un atout principal: son aviation.

Damas dispose en outre du soutien des frappes aériennes de l'allié russe et, au sol, de combattants aguerris iraniens et du Hezbollah libanais. Les rebelles aidés de djihadistes ont utilisé massivement des véhicules bourrés d'explosifs et des kamikazes pour ouvrir des brèches dans le système de défense et semer la panique chez leurs adversaires.

Les raids se poursuivent

Les rebelles ont eux reçu des renforts en hommes, dont des Ouïghours (musulmans) chinois, venus de la province voisine d'Idleb et de la campagne d'Alep, selon l'OSDH. Ils se battent au sein de «l'Armée de la conquête», qui regroupe les groupes rebelles islamistes, dont le puissant Ahrar al-Cham et le Front Fateh al-Cham (ex-Front al-Nosra ayant renoncé à son rattachement à Al-Qaïda).

Cette coalition a notamment pris le quartier gouvernemental de Ramoussa, à la périphérie sud d'Alep. Cela lui a permis de faire la jonction avec les quartiers rebelles de l'est, où quelque 250'000 habitants étaient assiégés par les forces du régime.

Depuis trois jours, les raids des avions syriens et russes n'ont pas cessé sur les quartiers rebelles et les positions des insurgés au sud d'Alep. Les forces prorégime veulent éviter l'encerclement total de leurs quartiers, qui hébergent plus d'un million d'habitants, selon la télévision d'Etat. Elles ont réussi à faire passer des camions d'aides via la route du Castello, reprise récemment aux rebelles.

Près de 300'000 morts

Pendant ce temps, des combattants antidjihadistes savouraient leur victoire dans la ville en ruines de Minbej, à quelque 100 kilomètres au nord-est d'Alep. La grande majorité des membres du groupe Etat islamique (EI) ont été chassés le 6 août de leur fief du nord du pays.

La guerre en Syrie, déclenchée en mars 2011 avec la répression de manifestations pacifiques, s'est complexifiée avec l'implication de groupes djihadistes et d'acteurs internationaux. Le conflit a déjà fait plus de 290'000 morts, selon un nouveau bilan de l'OSDH, dont plus de 10'000 ces deux derniers mois.

L'OSDH est une organisation proche de l'opposition syrienne, basée en Grande-Bretagne. Elle dispose d'un large réseau de sources militaires, civiles et médicales à travers la Syrie. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion