Schwytz: Importunée par 40 hommes dans un RER
Publié

SchwytzImportunée par 40 hommes dans un RER

Une femme dit avoir été harcelée par un groupe d'individus, samedi passé, dans un train entre Arth-Goldau et Küssnacht. Elle pousse un gros coup de gueule sur Facebook.

par
mik/ofu
Keystone/urs Flueeler

Tout ce qu'elle voulait, c'était se reposer dans le train après une randonnée. Mais c'est tout le contraire qui s'est passé. Installée samedi dans un RER reliant Schwytz à Lucerne, l'Alémanique de 37 ans était sur le point de se plonger dans son livre quand une «horde» d'une quarantaine d'hommes est montée dans le même wagon qu'elle, à Arth-Goldau (SZ).

Selon la trentenaire, qui a relayé son histoire sur Facebook, les individus - membres d'une guggen - étaient éméchés. A en croire le «Bote der Urschweiz», le dialecte des individus laissait supposer qu'ils habitent la région de Schwytz.

Commentaires déplacés

«Quand ils m'ont aperçue, les tripotages prétendument involontaires et le harcèlement ont immédiatement commencé.» L'Alémanique explique avoir essayé de rester concentrée sur son livre et de les ignorer. En vain. Selon elle, les hommes n'ont cessé de se moquer d'elle et de faire des commentaires déplacés.

«Jusqu'à Küssnacht, ils n'arrêtaient pas de m'appeler par toutes sortes de prénoms féminins. Et ils commentaient à voix haute tout ce que je faisais. A un moment, ils se sont rendus compte qu'il n'y avait pas de petite poubelle dans mon compartiment. Ils ont alors fait semblant de la chercher près de ma jambe.»

«Comportement intolérable»

La voyageuse explique avoir envisagé de changer de wagon. Mais comme elle aurait dû passer à côté de tout le groupe d'hommes, elle a finalement renoncé et a préféré supporter leur présence. Pour la Lucernoise, le comportement de ces individus est intolérable: «Ce n'est pas ok de harceler des femmes de cette manière et de se moquer d'elles... même si c'est juste pour s'amuser. On peut s'imaginer le scandale qu'une pareille affaire ferait s'il ne s'agissait pas de Suisses, mais d'hommes étrangers à la peau foncée.»

La trentenaire tient cependant à préciser qu'à aucun moment on ne l'a touchée sur une partie intime. Ce qu'elle dénonce, c'est le comportement que les hommes ont eu envers elle, et probablement envers les femmes de manière générale: «Ce qui me dérange, c'est que ces hommes semblent penser qu'ils peuvent tout se permettre, et quand ça leur chante.»

Ton opinion