Pakistan: Imran Khan hospitalisé après une lourde chute
Actualisé

PakistanImran Khan hospitalisé après une lourde chute

L'ancienne gloire du cricket et prétendant au poste de Premier ministre du Pakistan est tombé d'un élévateur lors d'un meeting, à quatre jours des élections législatives. Il a été évacué d'urgence à l'hôpital.

Imran Khan est tombé en début de soirée d'un monte-charge qui l'amenait sur le podium d'où il devait s'adresser à la foule au cours d'un grand rassemblement de son parti, le PTI, à Lahore, capitale de son Pendjab natal.

Sa chute de plusieurs mètres, tête en bas, a été filmée par des télévisions locales, ainsi que son évacuation d'urgence, le visage ensanglanté, à mille lieux des images de meetings triomphants et de foules électrisées qu'il offrait depuis le début de la campagne des législatives de samedi.

Son parti s'est efforcé de diffuser des nouvelles rassurantes. Le LPTI a même affirmé qu'il reviendrait un peu plus tard faire son discours. Mais cette éventualité s'est éloignée au fil de la soirée.

«Imran Khan a une blessure à la tête et deux fractures au niveau de la colonne vertébrale», a déclaré Faisal Sultan, directeur de l'hôpital Shaukat Khanum où il est soigné. «Il est sorti de l'unité des soins intensifs et se repose», a pour sa part affirmé le porte-parole de l'établissement.

Ses partisans pleurent

Les autorités médicales ont voulu se montrer rassurantes et n'ont rien dit sur l'ampleur et la gravité de ces fractures. Peu après les déclarations du personnel médical, Imran Khan est apparu en direct à la télévision couché sur son lit, le cou enserré entre deux attelles.

«J'ai fait ce que j'ai pu pour ce pays. Rappelez-vous, le 11 mai, il faut sortir de chez vous et voter pour le PTI sans vous préoccuper de vos candidats locaux. Votez seulement pour le PTI et ses idées», a-t-il soufflé au micro d'un reporter d'une chaîne de télévision.

La chute a eu lieu sous les yeux des milliers de supporteurs venus écouter son discours de campagne. Sur place, «les gens pleuraient» après la chute de leur héros qui promet de mettre fin au monopole des deux grands partis traditionnels du pays, le PPP du clan Bhutto et la PML-N de la famille Sharif.

Plusieurs centaines de ses partisans ont ensuite afflué devant l'hôpital pour le soutenir en scandant «Longue vie à Imran Khan !» L'engouement populaire pour M. Khan, notamment au sein de la jeunesse et de la classe moyenne, a marqué cette campagne.

Sharif suspend sa campagne

La Ligue Musulmane (PML-N) de l'ex-Premier ministre Nawaz Sharif reste toutefois le grand favori de ce scrutin crucial pour la consolidation démocratique du Pakistan dont l'histoire est jalonnée de coups d'État militaires.

Au cours d'un rassemblement mardi soir, M. Sharif a annoncé qu'il allait suspendre sa campagne électorale mercredi en solidarité avec son rival Imran Khan dont le parti a aussi annulé des activités prévues.

La chute de M. Khan est intervenue au terme d'une nouvelle journée sanglante dans la campagne, avec trois attentats contre des partis politiques qui ont fait une vingtaine de morts et des dizaines de blessés dans le nord-ouest, bastion des rebelles talibans.

Au total, au moins 110 personnes ont été tuées au cours du dernier mois dans des violences pré-électorales, selon un bilan de l'AFP.

(ats)

Ton opinion