Actualisé 11.08.2017 à 16:44

Hockey - LNAIn-Albon: «C'est clair, on n'est pas beaucoup»

Le Lausanne HC n'a pas un contingent particulièrement fourni en attaque. Une belle chance pour Loïc In-Albon de se faire sa place dans l'élite.

von
Robin Carrel
Le Sentier

Le Valaisan de 20 ans a joué 36 fois la saison dernière avec les juniors élites des «Lions». En plus de son rôle de capitaine des espoirs vaudois, il a participé à trois rencontres avec feu le Red Ice en LNB et disputé 22 matches de LNA avec le LHC. Durant la saison, l'attaquant a également porté à 20 reprises le maillot à croix-blanche, avec les moins de 20 ans, qu'il a représentés au Championnat du monde de sa catégorie.

Près de 90 matches

36 + 22 + 3 + 20, vous avez calculé comme moi, cela fait la bagatelle de 81 matches disputés en une saison, sans compter le pensum de la préparation. Autant dire que le jeune homme a fini l'exercice 2016-2017 sur le rotules et se réjouit de ne plus avoir à traverser la Suisse le dimanche pour aller renforcer les juniors... «Mais j'ai eu de la chance, car c'est surtout en jouant qu'on apprend. C'est comme ça qu'on s'améliore», a-t-il affirmé après un entraînement du côté de la Vallée de Joux.

Et l'autre chance du joueur de centre, c'est que le LHC version 2017-2018 est très limité en spécialistes de l'offensive. Sur le papier, ils ne sont que treize attaquants sous contrat, auxquels il faut retrancher Florian Conz, qui n'a pas été appelé avec le groupe au Sentier, et à qui il faut ajouter les quelques défenseurs qui peuvent faire le nombre devant si nécessaire. Alors Loïc In-Albon aura l'occasion de briller et de confirmer qu'il mérite son contrat pro de deux ans.

20 kilos de gagnés

«Cette saison, c'est clair, on n'est pas beaucoup devant, a confirmé l'ancien junior du HC Sierre. Ça me donne une place en plus pour m'établir et on verra ce que cette saison va donner», a souri celui qui prend cette chance comme une belle marque de confiance. Pour offrir un retour sur investissement à son équipe, In-Albon a dû prendre un peu de muscle. Quand il a débarqué en Malley il y a moins de cinq ans en provenance du «Vieux-Pays», il ne pesait qu'une soixantaine de kilos tout mouillé...

Il devrait démarrer cette saison en accusant un peu plus de 80 kilos sur la balance. «Et je sens la différence, a-t-il affirmé. Il faut aussi dire que j'ai pris confiance et que je me gêne moins, quand il s'agit de tirer au but. Le vrai déclic, c'est d'oser davantage». Et d'ailleurs, le physique, c'est ce qu'a pas mal travaillé le LHC depuis quelques semaines. Les stigmates d'une fin de saison dernière terminée en queue de poisson. Du coup, l'accent a été mis sur la force dans les jambes et le «cardio», histoire de tenir le coup au moins jusqu'en avril, cette fois.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!