«Unstoppable»: Inarrêtable, mais si prévisible
Actualisé

«Unstoppable»Inarrêtable, mais si prévisible

Tony Scott s'y connaît en matière de film d'action. Ce qu'il démontre une fois de plus avec «Unstoppable».

par
ffe

Dans «L'attaque du métro 123», Tony Scott avait immobilisé une rame de métro dans les entrailles de New York pour un hold-up audacieux. Le voilà maintenant qui lance un train de marchandises hautement inflammables à fond la caisse et sans conducteur sur les rails de Pennsylvanie. Il y a quelques séquences spectaculaires bien tape-à-l'œil. Il y a des quidams qui se transforment en héros. Il y a une psychologie de pacotille qui se résume en quelques conflits de hiérarchie (chef contre sous-fifres), de générations (vieux roublard vs jeune bleu sous pression), d'intérêts (faut-il risquer la vie des habitants d'une ville pour sauver quelques dollars?). Mais il n'y a pas de véritable méchant, ­sinon les grosses nuques: le train est dépourvu de toute mauvaise intention, démoniaque ou autre.

Inspiré d'une histoire vraie

Résultat: prévisible d'un bout à l'autre. Et pourtant ça tient la route. Parce que Tony Scott use de toutes les bonnes vieilles ficelles de son métier avec la roublardise d'une dentellière. Petits et grands garçons amateurs de trains électriques en auront pour leur argent. Les autres auront froid dans le dos en pensant qu'«Unstoppable» est tiré d'une histoire vraie.

«Unstoppable»

De Tony Scott. Avec Denzel Washington, Chris Pine, Rosario Dawson.

Sortie le 10 novembre 2010.

**

Ton opinion