Actualisé 22.12.2017 à 11:14

Corée du SudInauguration de la ligne à grande vitesse des Jeux

À deux mois du début des JO d'hiver, une nouvelle liaison ferroviaire relie désormais PyeongChang à Séoul en moins d'une heure trente.

Durant les Jeux, 51 trains opéreront quotidiennement sur cette ligne. (Vendredi 22 décembre 2017)

Durant les Jeux, 51 trains opéreront quotidiennement sur cette ligne. (Vendredi 22 décembre 2017)

AFP

Un nouveau train à grande vitesse orné du tigre blanc et de l'ours brun, mascottes des prochains Jeux olympiques d'hiver de PyeongChang (9 - 25 février), a quitté vendredi Séoul pour son voyage inaugural, à moins de deux mois du début des épreuves.

Ligne de 278 kilomètres

Cette nouvelle liaison ferroviaire, opérée par Korea Train eXpress (KTX), doit grandement faciliter l'accès aux Jeux puisque Jinbu, gare d'accès aux pistes des JO, n'est plus qu'à une heure 20 minutes de la capitale. Il faudra compter 16 minutes de plus pour rejoindre Gangneung, sur la côte est, où se déroulent les épreuves sur glace.

Pendant les Jeux, 51 trains opéreront quotidiennement sur cette ligne de 278 kilomètres qui débute à l'aéroport international d'Incheon au sud-ouest de la capitale. Leur capacité totale sera de 20 910 passagers. Avant que cette ligne ne soit ouverte, rejoindre Pyeongchang depuis la capitale se faisait essentiellement par la route, un trajet de trois heures.

Contexte international difficile

Si d'autres pays organisateurs ont par le passé eu du mal à tenir les délais en terme de travaux d'infrastructure avant l'ouverture des Jeux, cela n'a pas été le cas de la Corée du Sud, remarquable d'efficacité en ce domaine.

La flamme des JO de PyeongChang est allumée

La flamme olympique a été allumée mardi sur le site antique grec d'Olympie (sud) et va désormais entamer un long périple qui l'amènera le 9 février à la cérémonie d'ouverture des JO de PyeongChang (Corée du sud).

Mais les Jeux de PyeongChang doivent composer avec un contexte international plombé par le dossier du nucléaire nord-coréen et par la suspension pour dopage de la Russie.

Après de timides débuts, les ventes de billets sont cependant en train de s'accélérer.

«Nous avons travaillé dur»

«Nous sommes très fiers de ce que nous avons créé à PyeongChang et de l'efficacité avec laquelle les stades et infrastructures ont été construits», a déclaré jeudi le chef du comité d'organisation, Lee Hee-beom, lors d'une cérémonie marquant le cinquantième jour avant l'ouverture des Jeux.

«Nous avons travaillé dur ces sept dernières années pour faire de nos rêves une réalité et la fête internationale du sport est désormais à portée de main», a-t-il ajouté. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!