Incendie à Champ-Dollon (GE): deux blessés graves
Actualisé

Incendie à Champ-Dollon (GE): deux blessés graves

Un détenu a intentionnellement bouté le feu vendredi matin à sa cellule de la prison genevoise de Champ-Dollon. L'homme, âgé de 38 ans, a été grièvement brûlé. Un autre détenu a été pour sa part gravement intoxiqué par les émanations de fumée.

Au moment des faits, le détenu pyromane se trouvait seul dans sa cellule. La police genevoise ignorait encore vendredi comment l'homme avait réussi à allumer son feu. Une enquête a été ouverte. Le détenu a été admis au service des grands brûlés du CHUV, à Lausanne. Il est connu pour souffrir de graves troubles psychiques.

Difficilement contrôlable

Il y a trois jours, le prisonnier avait déjà violemment agressé des membres du personnel de la prison. Il avait alors été transféré dans une unité carcérale psychiatrique. Au bout de deux jours, les médecins ont estimé qu'il pouvait réintégrer Champ-Dollon, mais que son état interdisait qu'on l'enferme dans un cachot pour le punir.

«Nous l'avons donc isolé jeudi soir dans une cellule normale», a indiqué devant la presse le directeur adjoint de l'Office pénitentiaire, Fabrizio Bervini. A onze heures du soir, le détenu a mis le feu dans sa cellule. Il a alors été fouillé, transféré dans une autre cellule, et a fait l'objet d'une surveillance accrue.

Attendre les pompiers

A 04h45, les gardiens constatent que la cellule du prisonnier est à nouveau en feu. L'ampleur de l'incendie ne leur a pas permis d'intervenir immédiatement et les pompiers ont été alertés. Ceux-ci sont arrivés sur les lieux avec huit véhicules. Ils ont extirpé le détenu de son piège, grièvement brûlé.

Un autre prisonnier, qui se trouvait dans une cellule au-dessus du foyer de l'incendie, a pour sa part été gravement intoxiqué par la fumée. Il a été acheminé aux urgences à l'Hôpital cantonal. Vendredi, en début d'après-midi, les deux victimes se trouvaient entre la vie et la mort.

Une évacuation de la prison n'a pas été nécessaire vendredi matin, au grand soulagement des responsables de Champ-Dollon. Une telle opération est en effet compliquée à mener et oblige la police à intervenir. Seules cinq personnes ont été momentanément transférées dans un autre endroit.

Pas un problème de surpeuplement

Actuellement, 458 détenus cohabitent à Champ-Dollon, alors que la prison préventive n'est prévue que pour en accueillir 270. Selon le directeur de l'établissement Laurent Beausoleil, le surpeuplement de Champ-Dollon n'a cependant aucun lien avec ce prisonnier qui a incendié sa cellule.

Cette personne était inculpée de vol et se trouvait en détention préventive depuis mai à Champ-Dollon. Même si elle souffre de troubles psychiques, la justice n'a pas encore prononcé une mesure d'internement à son égard, a fait remarquer M. Bervini. Depuis 1995, le pyromane a effectué treize séjours à Champ-Dollon.

Du bricolage

La prison genevoise n'est cependant pas outillée pour prendre en charge ces personnes psychiquement instables, a admis M. Beausoleil. Les responsables de Champ-Dollon attendent donc avec impatience que se concrétise le projet de construction à Genève d'un établissement spécialisé pour recevoir des détenus internés.

Il est extrêmement rare que des incendies éclatent à Champ- Dollon. Le dernier cas grave remonte à 6 ou 7 ans, lorsqu'une femme avait mis le feu à sa cellule et s'était grièvement brûlée, a noté M. Beausoleil.

(ats)

Ton opinion