Incendie mortel dans un appartement
Actualisé

Incendie mortel dans un appartement

Un incendie s'est déclaré à la rue Giuseppe-Motta, hier vers 16 h. Un corps carbonisé a été retrouvé dans les décombres.

Il aura fallu cinq véhicules ainsi que 15 pompiers pour maîtriser l'incendie qui a ravagé, en une demi-heure, l'appartement du premier étage. Le corps sans vie d'une femme a été découvert par les pompiers sous la mezzanine de la chambre à coucher.

A notre arrivée, des policiers en bas de l'immeuble se demandaient encore si la personne était décédée avant ou pendant l'incendie. Il semblerait donc que ce soit l'unique habitante de l'appartement qui ait péri. «Une dame d'une cinquantaine d'années plutôt gentille, au dire d'un voisin. Elle vivait seule ici depuis près de quinze ans. Je la croisais souvent dans les escaliers, mais depuis quatre jours je ne l'avais pas vue.» Celui-ci nous conduit alors vers sa boîte aux lettres défoncée et sans nom. Une missive en déborde, datée du 9 juin. Est-ce dire que cette dame n'a pas relevé son courrier depuis plus de dix jours?

«C'est un cas Diogène, souligne Christophe Zawadski, porte-parole de la police genevoise. C'est une personne qui cumule des monceaux d'objets chez elle, dans un désordre absolu. Les pompiers sont très vite intervenus, mais il leur a fallu du temps pour pénétrer dans l'appartement.»

En effet, l'entrée est entravée par deux solides portes. De plus, le seuil est jonché de détritus, de journaux et de magazines divers. Un exemplaire de Science & Vie datant d'il y a dix ans, à moitié calciné, traîne dans le couloir qui mène à l'entrée. En bas, la voiture de l'habitante est garée, mais entravée par une souche d'arbre. Le voisin jure qu'elle n'a pas bougé depuis très longtemps. Soudain, il se fige, son visage se crispe. Il apprend que sa voisine est morte...

Shahin Ammane

Ton opinion