Suisse: Inciter les retraités à travailler en allégeant leurs impôts
Publié

SuisseInciter les retraités à travailler en allégeant leurs impôts

Une commission prévoit notamment d’exonérer d’impôts les rentes AVS pour ceux qui continueraient à avoir une activité professionnelle.

Les questions liées aux retraites sont au centre des débats sous la Coupole fédérale à Berne.

Les questions liées aux retraites sont au centre des débats sous la Coupole fédérale à Berne.

20min/Simon Glauser

Combler le déficit de main-d’œuvre qualifiée tout en diminuant certains coûts de prise en charge des séniors assumée par la société. Tels sont les objectifs de la Commission de l’économie et des redevances du Conseil national. Elle a déposé une motion qui demande au Conseil fédéral de proposer des avantages fiscaux aux personnes qui continuent d’exercer – «sur une base volontaire», précise le texte – un emploi après avoir atteint l’âge légal de la retraite.

Dans le détail, la commission vise l’introduction d’une déduction pour les personnes retraitées encore actives, une exonération de l’impôt sur les rentes AVS et une baisse de l’impôt sur une partie ou la totalité du revenu obtenu dans le cadre de la prolongation de l’activité professionnelle. Le taux d’activité et le montant du salaire qui permettraient de bénéficier de ces avantages ne sont pas encore définis.

«Soulager les assurances sociales»

Concrètement, les partisans de ce changement estiment qu’une telle politique incitative permettrait non seulement aux retraités d’augmenter leurs revenus et leur pouvoir d’achat, mais aussi de combler le manque de main-d’œuvre qualifiée. Sans oublier qu’ils feraient profiter les jeunes générations de travailleurs «plus longtemps» de leur «précieuse expertise» et «pourraient transmettre leur savoir» professionnel.

La majorité de la commission ne cache pas non plus ses intentions de faire des économies. «Il devient toujours plus nécessaire de se constituer une réserve financière pour faire face à l’augmentation des coûts de prise en charge», peut-on lire dans le texte. «Pour les personnes qui ne se constituent pas une telle réserve de leur propre initiative, les coûts occasionnés (…) doivent être supportés par la collectivité.»

Conclusion: «Le maintien d’une activité professionnelle au-delà de l’âge ordinaire de la retraite permettrait de soulager les assurances sociales, notamment le régime de la prévoyance vieillesse.» La commission a soutenu le texte par 14 voix contre 10 et une abstention. Les partis de gauche et un élu du Centre s’y sont opposés, se disant favorables aux objectifs de la motion, mais considérant que les incitations fiscales ne sont pas le bon moyen pour les atteindre.

Le Conseil fédéral contre l’initiative sur les rentes

(Comm/jba)

Ton opinion

275 commentaires