Syrie : Incursion militaire turque pour évacuer un lieu saint
Actualisé

Syrie Incursion militaire turque pour évacuer un lieu saint

La Turquie a mené une opération militaire en Syrie, dans une zone tenue par le groupe Etat islamique (EI).

1 / 448
29.06 La ville irakienne de Fallouja a été libérée de l'emprise de l'Etat islamique, mais elle a beaucoup souffert.

29.06 La ville irakienne de Fallouja a été libérée de l'emprise de l'Etat islamique, mais elle a beaucoup souffert.

Osamah Waheeb
31.05 Des jihadistes de l'Etat Islamique proposent des femmes sur le réseau social, pour les forcer à ce qu'ils appellent le «jihad sexuel».

31.05 Des jihadistes de l'Etat Islamique proposent des femmes sur le réseau social, pour les forcer à ce qu'ils appellent le «jihad sexuel».

Keystone/AP
24.05 L'ONU estime qu'il y a environ 50'000 personnes encore à Fallouja et qu'il est «important que les habitants puissent disposer de couloirs sûrs» pour fuir la ville.

24.05 L'ONU estime qu'il y a environ 50'000 personnes encore à Fallouja et qu'il est «important que les habitants puissent disposer de couloirs sûrs» pour fuir la ville.

Thaier Al-sudani

Dans la nuit de samedi à dimanche, elle a rapatrié, sans combat, 40 soldats postés dans la petite enclave turque où repose le grand-père du fondateur de l'Empire ottoman.

L'opération a débuté à 21h locales (20h samedi en Suisse). Pas moins de 572 soldats ont franchi le poste-frontière de Mursitpinar (sud-est)», a annoncé le Premier ministre turc Ahmet Davutoglu. L'intervention a été décidée en raison de la détérioration de la situation autour de cette enclave où repose Suleyman Shah.

Une quarantaine de chars sont en outre entrés sur sol syrien, accompagnés de plusieurs dizaines d'autres véhicules blindés dans le cadre de cette opération, a précisé M. Davutoglu lors d'un point de presse à l'état-major des armées.

Reliques rapatriées

«Les reliques du dignitaire turc ont été rapatriées temporairement en Turquie pour être inhumées ultérieurement en Syrie», a indiqué le Premier ministre. Il a ajouté qu'une zone a été sécurisée en territoire syrien pour y transférer sous peu la dépouille.

Il s'est félicité du «bon déroulement» de l'opération militaire «comportant potentiellement d'importants risques». Celle-ci a été menée à environ 30 kilomètres à l'intérieur du territoire syrien.

Toutes les troupes turques et le contingent gardant la tombe sont rentrés tôt dimanche en Turquie et tout ce qui reste du lieu saint a été détruit, selon M. Davutoglu. Un soldat turc a perdu la vie lors d'un accident au moment de l'incursion, a indiqué l'état-major des armées dans un communiqué en ligne.

Importance symbolique

La Turquie avait menacé les djihadistes de représailles s'ils attaquaient les soldats protégeant cette enclave de quelques centaines de mètres carrés. Le site revêt une importance symbolique et historique pour les Turcs.

Le tombeau a été déclaré territoire turc par un traité signé avec la France en 1921. Ankara avait fait savoir il y a quelques mois que des militants de l'EI s'approchaient du mausolée.

Nouveau site

Les chaînes de télévision turques ont diffusé des images de soldats plantant dans la nuit leur drapeau national sur le nouveau site choisi pour la tombe de Suleyman Shah. Ce dernier est mort dans le désert syrien au XIIIe siècle, alors qu'il fuyait devant l'avancée mongole.

La relocalisation en sol syrien de ce tombeau revêt une importance politique et diplomatique pour Ankara qui souhaite montrer qu'il n'a pas «perdu» contre les djihadistes, ont commenté les observateurs. Le régime islamo-conservateur au pouvoir en Turquie depuis 2002 voue un attachement particulier à l'Empire ottoman sur les ruines duquel a été fondée la République de Turquie, en 1923.

La Syrie accuse Ankara

Le régime de Damas a réagi en milieu de journée, accusant Ankara. «La Turquie ne se contente pas de fournir tout type de soutien aux bandes de l'Etat islamique, du Front Al-Nosra et d'autres groupes terroristes liés à Al-Qaïda, mais a également mené à l'aube une agression flagrante sur le territoire syrien», a affirmé le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué. (ats)

Ton opinion