Actualisé 01.12.2010 à 20:56

Transports publics

Infos lacunaires, usagers en colère

Les réseaux de bus et de trains ont été fortement perturbés par la neige. Les voyageurs se sont plaints de n'être pas mieux informés.

de
Irène Languin

Bulletins contradictoires, trafic interrompu, lignes d'appel surchargées: depuis mardi soir, les passagers des transports publics lausannois (TL) et genevois (TPG) ont bien de la peine à obtenir un renseignement clair. «J'ai mis trois heures pour atteindre Pully depuis Lausanne, déplore un usager vaudois. Un bus annoncé une minute plus tard n'est jamais venu.»

Mercredi, c'était l'ensemble du système informatique des TL qui était victime d'une panne. Résultat: l'accès aux informations a été bloqué une partie de la matinée. «Cet incident technique n'a rien à voir avec les intempéries, mais c'est très mal tombé», reconnaît Michèle Bohin, porte-parole. Les bus lausannois ont surtout rencontré des difficultés dans la deuxième partie de la journée. Si le M1 et le M2 ont circulé normalement, des lignes des hauts de la ville ont dû être arrêtées.

Annonces par haut-parleurs

A Genève, la neige a obligé les TPG à faire rentrer tous leurs bus aux dépôts avant la fin prévue du service mardi soir. Cette interruption n'a pas concerné les trams. Mercredi vers 8 h 30, le réseau était desservi à 85%. «En plus des communications faites par hauts-parleurs, beaucoup d'employés étaient dehors pour tenir les voyageurs au courant de la situation», explique Philippe Anhorn, responsable de l'information. Le numéro d'info Unireso a été quant à lui pris d'assaut. Malgré le renforcement du nombre d'opérateurs, il y avait 300 appels en attente hier vers 7 h...

Assistance par téléphone

Vu la lenteur de leur site internet, une assistance téléphonique gratuite (0800 99 66 33) a aussi été mise en place par les CFF. «Nous informons également par le biais des médias et via les haut-parleurs, précise Jean-Louis Scherz, porte-parole. Et davantage de personnel patrouille sur les quais pour renseigner les passagers.»

«Un effet apaisant»

Toutes les entreprises admettent toutefois la difficulté de bien informer dans les circonstances extraordinaires vécues ces deux derniers jours. «Parfois, la situation échappe à la maîtrise de la technologie, conclut Philippe Anhorn. Heureusement, la neige a souvent un effet apaisant!»

Informé par SMS

Les abondantes chutes de neige ont bloqué au sol tous les avions dès 20 h 30 mardi. Le trafic devait reprendre ce matin à 6 h. Mercredi, les voyageurs ont été priés de ne plus se rendre à l’aéroport. «J’ai été tenu au courant de l’évolution de la situation par Swiss par sms», raconte Arnaud, qui devait s’envoler pour les Canaries le matin même. Habitant à Genève, il a pu passer sa journée au chaud chez lui. Un confort dont n’ont peut-être pas bénéficié les vacanciers venu d’ailleurs en Suisse...

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!