Actualisé

Initiative populaire de l'ASIN contre une intégration à l'Europe

L'Action pour une Suisse indépendante et neutre (ASIN) lance une initiative populaire contre une adhésion de la Suisse à l'UE «par la bande».

L'ASIN demande de soumettre systématiquement au référendum les traités internationaux importants et exige qu'ils obtiennent la double majorité du peuple et des cantons.

L'Assemblée générale a décidé à l'unanimité samedi le lancement de l'initiative «Pour le renforcement des droits populaires». De plus en plus de traités avec l'UE sont conclus à Berne et la Suisse glisse subrepticement vers une adhésion, a critiqué le directeur de l'ASIN et conseiller national Hans Fehr (UDC/ZH).

Le président de l'ASIN Pirmin Schwander a stigmatisé la politique extérieure du Conseil fédéral et du Parlement, estimant qu'elle menace la souveraineté et la neutralité de la Suisse et ne respecte pas la volonté populaire. L'initiative demande que les traités internationaux dans des secteurs importants et au-delà d'une certaine limite de dépenses soient soumis obligatoirement aux citoyens et aux cantons et qu'ils rallient une double majorité.

Concernant la controverse sur la fiscalité, Pirmin Schwander a déclaré: «nous n'acceptons aucune ingérence dans nos affaires. Ce que fait l'UE avec la Suisse, c'est du chantage». Invité à cette assemblée qui a réuni un millier de personnes, l'ambassadeur de l'UE, l'Autrichien Michael Reiterer, a expliqué que son rôle n'était pas de faire de la propagande, mais d'orienter la population. Il a assuré que l'UE respecte la souveraineté suisse. Les privilèges fiscaux pour certains secteurs sont cependant considérés comme discriminatoires et contraires à l'Accord sur le libre-échange. Michael Reiterer s'est aussi dit confiant dans la possibilité de trouver une solution. AP

ai/mi (ap)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!