Equipe de Suisse: Inler: «Je n'ai pas tremblé sur le penalty»
Actualisé

Equipe de SuisseInler: «Je n'ai pas tremblé sur le penalty»

La Suisse a réalisé des débuts tonitruants dans le groupe E qualificatif pour le Mondial 2014. Avec 6 points en 2 matches, elle a répondu aux attentes de son capitaine.

par
Marc Fragnière
Lucerne
Le demi offensif de Naples est devenu le relais idéal de l'entraîneur Ottmar Hitzfeld sur le terrain.

Le demi offensif de Naples est devenu le relais idéal de l'entraîneur Ottmar Hitzfeld sur le terrain.

– Gökhan Inler, on imagine que vous êtes fier de votre troupe après les rencontres en Slovénie et face à l'Albanie...

L'équipe a mûri. Par le passé, on n'aurait jamais remporté ce genre de match. Bien sûr, nous n'avons que rarement été en danger. Notre défense a bien tenu le choc, félicitations à elle. Elle a su rester concentrée de bout en bout. Pour être forte, une équipe a besoin de pouvoir s'appuyer sur une défense solide. C'est notre cas.

– Vous semblez désormais très à l'aise dans votre rôle de capitaine. On vous a vu sans cesse galvaniser vos coéquipiers, les replacer, les encourager. En plus, vous n'avez pas fui vos responsabilités en tirant le penalty, inscrivant au passage votre 2e but de la campagne...

Sur le penalty, j'ai assumé mon rôle. Je savais que ce ne serait pas évident puisque je faisais face au public (ndlr: albanais), mais je n'ai pas tremblé un seul instant. Pour le reste, j'essaie toujours de diriger mon équipe positivement. C'est pourquoi j'ai beaucoup donné de la voix. Finalement, nous nous sommes logiquement imposés. Notre groupe est sain et possède un potentiel de développement encore énorme. Nous allons continuer à travailler pour le faire fructifier.

– Avec un carton plein après deux matches et déjà trois unités d'avance sur vos poursuivants, faites-vous déjà figure d'épouvantail dans votre poule?

Notre groupe est très bien équilibré, il n'y a qu'à voir les résultats des deux premières journées pour s'en rendre compte. Chaque point compte, il était capital de bien débuter. La valeur de ces six unités est bien réelle. Le prochain match, c'est contre la Norvège à domicile, à Berne. On doit tout entreprendre pour passer l'épaule également face aux Scandinaves.

Un Genevois fait la course en tête

La charnière Johan Djourou-Steve von Bergen a fait merveille en Slovénie et contre l’Albanie. Leur complémentarité a sauté aux yeux. Une entente traduite par zéro but encaissé en deux matches. Ottmar Hitzfeld est-il confronté à un problème de luxe? «Johan et Steve jouent bien ensemble. J’ai toujours dit que Philippe Senderos était important. Je le confirme. Mais il doit s’entraîner et voir comment il se sent. Johan possède un net avantage puisque contrairement à Philippe, il a participé à toute la préparation de son club. C’est de toute façon trop tôt pour décider qui jouera les prochains matches», a conclu le coach.

Ton opinion