Lausanne – Insatisfaisant, le dispositif de l’UNIL contre le harcèlement sera remodelé

Publié

LausanneInsatisfaisant, le dispositif de l’UNIL contre le harcèlement sera remodelé

La direction de l’Université de Lausanne a annoncé mercredi une série de mesures pour tenter d’endiguer le sexisme et le harcèlement sexuel en son sein.

L’UNIL peine a appliquer la tolérance zéro en matière de sexisme et de harcèlement sexuel.

L’UNIL peine a appliquer la tolérance zéro en matière de sexisme et de harcèlement sexuel.

©UNIL

Dans des situations récentes de harcèlement sexuel ou de sexisme, la direction de l’UNIL a pu mesurer sa difficulté, voire son incapacité, à appliquer le triple objectif: tolérance zéro à l’égard de ces situations, un contexte favorisant l’émergence de la parole des victimes, et la prévention de tels phénomènes. En collaboration avec le Département vaudois de la formation, de la jeunesse et de la culture (DFJC), la direction a demandé un audit externe sur ses processus. Cet audit, disponible sur le site du DFJC, a accouché de plusieurs recommandations.

Concrètement, l’UNIL va se doter d’une cellule d’accueil, d’écoute et d’accompagnement, indépendante et autonome, dont la mise en œuvre sera confiée à une personne qui entrera en fonction le 1er décembre. Toute personne s’adressant à la future cellule pour un fait relevant du harcèlement sexuel pourra s'exprimer sans crainte. L'ensemble des personnes impliquées seront assurées d’un accompagnement professionnel et transparent tout au long de la procédure.

Coupables sanctionnés ou recadrés

Concernant les enquêtes administratives, la direction de l’UNIL a aussi décidé de faire appel à de nouveaux prestataires. Les personnes sanctionnées ou recadrées par leur hiérarchie au terme de la procédure bénéficieront également d’un suivi RH visant à leur donner les moyens d'adopter une attitude adéquate. Si une entité entière est impliquée, elle pourra être soumise à une clarification approfondie de son fonctionnement, et si requis à des mesures correctrices.

L’esprit de ce nouveau dispositif est que, en sus des normes légales, soient également pris en compte la sensibilité des victimes ou des dysfonctionnements relationnels ou managériaux qui échapperaient à la définition stricte du harcèlement.

En attendant, l’UNIL invite toute personne souhaitant dénoncer des faits de harcèlement sexuel ou de sexisme anciens ou nouveaux à faire appel à aux ressources présentées sur le site: www.unil.ch/help. La direction aimerait d’ailleurs exprimer sa reconnaissance aux personnes courageuses qui, malgré les difficultés, l’ont alertée sur des cas de sexisme ou de harcèlement sexuel.

L’État aussi veut des réformes

Le Conseil d’État vaudois lance, en parallèle, la réforme du Règlement relatif à la gestion des conflits au travail et à la lutte contre le harcèlement (RCTH). Ce document cadre l’action dans la prévention, l’information, la formation et la gestion des situations de conflits ou de harcèlement au sein de l’administration. L’objectif est de réformer le dispositif en profondeur, en clarifiant et renforçant les procédures de prise en charge, notamment pour les situations particulières de harcèlement sexuel sur le lieu de travail, dans un principe de tolérance zéro.

(XFZ/Comm.)

Ton opinion

8 commentaires