Suisse: Insectes: producteurs pas prêts, importation illégale
Actualisé

SuisseInsectes: producteurs pas prêts, importation illégale

Depuis le 1er mai, trois espèces d'insectes sont légalement consommables en Suisse. Mais les produits sont introuvables.

par
Abdoulaye Penda Ndiaye
Il faudra patienter encore quelques semaines pour pouvoir acheter des insectes destinés à la consommation.

Il faudra patienter encore quelques semaines pour pouvoir acheter des insectes destinés à la consommation.

Le détail est amusant: l'apéro à base d'insectes qui était prévu mardi à la Galerie des Alpes, au Palais fédéral, a été annulé pour des raisons de police administrative. Le produit devait provenir des Pays-Bas mais pour être aux normes suisses, il devait contenir l'étiquetage «denrée alimentaire comestible». Ce que les autorités bataves ont formellement refusé de faire.

Le restaurant n'a pu se rabattre sur aucun producteur helvétique car, comme le mentionne Eva van Beek, porte-parole de l'Office fédéral de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires, «aucune entreprise n'a encore reçu d'autorisation» pour la commercialisation des vers de farine, grillons domestiques et criquets pèlerins.

Selon Jürgen Vogler, de Grimiam, association qui milite pour la consommation d'insectes, les lignes directrices édictées par Berne ne sont connues que depuis le mois d'avril. «Or, pour assurer trois générations d'insectes, comme la loi l'exige pour être propre à la consommation humaine, il faudrait au moins 30 semaines. Les producteurs ne pourront donc pas être aux normes avant cet été. La demande pourrait varier entre 100 et 200 tonnes par an», indique-t-il. Qu'en est-il des restaurants qui proposent depuis lundi divers menus à base d'insectes, «sauf s'ils disposent de dérogation spéciale, ils sont dans l'illégalité», relève Jürgen Vogler.

Pas de base légale en Europe

«La Suisse est le seul pays européen à légaliser la production et la consommation d'insectes. Ailleurs, en Europe, le fait est toléré mais il n'y a pas encore de base légale», a fait remarquer la conseillère nationale Verte-Libérale Isabelle Chevalley, auteure de trois interpellations axées sur la consommation d'insectes.

Au niveau des grands distributeurs, après avoir montré leur intérêt pour ce marché, Migros et Coop devront patienter encore quelques mois avant de pouvoir proposer dans leurs rayons des burgers, boulettes salées et autres produits dérivés à base d'insectes.

Normes strictes

L'Office fédéral de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires a mis en place des dispositions légales très strictes pour la production et la consommation d'insectes. Tous les établissements qui exercent dans ce domaine sont tenus de s'annoncer auprès de l'autorité cantonale compétente. Selon les textes en vigueur, la mise à mort des insectes se fait par refroidissement, congélation ou surgélation. Berne recommande également cette mention dans l'étiquette des produits: «La consommation d'insectes peut provoquer une réaction chez les personnes allergiques aux mollusques, aux crustacés ou aux acariens.»

Nouvelle boîte genevoise et leader lucernois

L'éleveuse genevoise Sylvia Schibli et le chef de cuisine français Alain Choiral sont prêts à se lancer dans le marché. Ils ont mis en place une structure qui s'appelle VerSo Good. En attendant la commercialisation prévue dans les prochaines semaines, ils organisent une dégustation d'insectes comestibles une fois par mois sur inscription.

Sur le plan national, Entomos est la plus grande et la plus ancienne boîte du pays à exercer dans ce domaine. Déjà présente dans la production d'insectes pour les animaux, l'entreprise lucernoise va également commercialiser des denrées alimentaires d'origine acridiennes.

www.versogood.ch www.entomos.ch

www.versogood.ch www.entomos.ch

Ton opinion