Actualisé 06.12.2006 à 13:28

Insecticide de Syngenta cancérigène: employés dédommagés

Le groupe agrochimique bâlois Syngenta verse des dédommagements financiers aux employés du site de Monthey (VS) victimes du cancer de la vessie.

Entre 1966 et 1988, ils produisaient l'insecticide Galecron, dont la fabrication est suspectée d'être cancérigène.

Onze anciens employés, des personnes entretemps âgées, sont pour l'heure concernés. Deux sont décédés, le forfait en question va donc aux familles. Si d'autres cas de cancer reconnus par la Caisse nationale suisse d'assurance en cas d'accidents (SUVA) devaient se présenter à l'avenir, les personnes atteintes seraient également indemnisées par ce montant forfaitaire.

L'accord de dédommagement a été conclu entre Syngenta et le syndicat Unia, a indiqué mercredi ce dernier devant la presse à Berne. Les deux parties ont convenu de garder le silence sur le montant de l'aide. Un groupe de travail commun a été constitué il y a un an. Le fruit est l'accord présent.

Jugé «innovateur et exemplaire» par le syndicat, il peut et devrait servir de modèle pour d'autres cas semblables, a indiqué Dario Mordasini, spécialiste Unia de la protection de la santé et de la sécurité au travail.

Sans preuve de lien

Syngenta verse des dédommagements sans qu'un lien de cause à effet n'ait été scientifiquement prouvé, a souligné Corrado Pardini, responsable Unia de la branche de l'industrie chimique et pharmaceutique. Le groupe s'y est engagé par respect des travailleurs, a précisé Rolf Furter, de Syngenta.

Il s'agissait de trouver une solution rapide et de ne pas mener un combat d'experts pendant des années. Syngenta n'a que six ans d'existence et a hérité des dossiers parfois un peu nébuleux de Ciba-Geigy, a-t-il dit. L'attitude de la nouvelle entreprise se veut ouverte et libérée, selon M. Furter. Pour Unia, elle s'est montrée très conciliante.

Le groupe agrochimique s'engage en plus à renforcer les mesures de prévention du cancer sur le lieu de travail. Il versera ainsi 250 000 francs à une campagne de sensibilisation. Enfin, l'accord prévoit des rencontres annuelles entre des experts d'Unia et de Syngenta pour un échange technique sur des thèmes et des programmes portant sur la santé et la sécurité au travail.

Chlordimeform

Le Galecron, qui contient du chlordimeform comme principe actif, a été produit à Monthey entre 1966 et 1976, puis entre 1979 et 1988 par Ciba-Geigy (unité reprise par Syngenta en 2000). En 1988, suite à des études sur le chlordimeform, Ciba-Geigy a décidé de retirer cette substance du marché.

Parallèlement, l'entreprise a instauré un suivi sanitaire pour les employés qui ont travaillé dans le processus de production de l'insecticide. Actuellement, 294 personnes sont suivies par des contrôles médicaux réguliers.

Outre à Monthey, le Galecron a été produit sur deux autres sites aux Etats-Unis et en Grande-Bretagne. Le Valais a toutefois eu le tonnage le plus important. Syngenta et Unia ont souligné que l'insecticide Galecron, en tant que produit fini n'est en principe pas cancérigène. Une molécule lors de sa fabrication est soupçonnée de susciter le cancer. (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!