Neuchâtel: «Interdire la vente d'alcool ne va pas faire monter le prix de l'essence»
Actualisé

Neuchâtel«Interdire la vente d'alcool ne va pas faire monter le prix de l'essence»

Le Conseil d'Etat neuchâtelois défend l'interdiction de la vente d'alcool dans les magasins de stations d'essence. Il a dénoncé jeudi les arguments «fallacieux» des auteurs du referendum contestant cette décision.

Le referendum sera soumis à la votation populaire à une date qui reste à déterminer, a indiqué le conseiller d'Etat Bernard Soguel, lors d'une conférence de presse. Il a recommandé le rejet du texte muni de 6400 signatures désormais validées, déposé en décembre à la Chancellerie, alors que 4500 signatures valables étaient requises.

Selon Bernard Soguel, les tenanciers de magasins de stations d'essence ne peuvent pas prétendre que l'interdiction de la vente d'alcool va empêcher la pratique de prix concurrentiels sur l'essence. Les vérifications opérées par le Conseil d'Etat à ce sujet démontrent que cet argument est mensonger.

A deux exceptions près, le prix de l'essence est plus élevé dans les stations couplées à un magasin ou un supermarché, a déclaré le conseiller d'Etat. Selon lui, les tenanciers de «shops» d'essence souhaitent surtout conserver l'avantage obtenu à partir de la concurrence déloyale exercée au détriment des magasins ordinaires.

Tout l'édifice menacé

En outre, un «oui» au referendum reviendrait à abolir l'ensemble des dispositions de la nouvelle loi sur la police du commerce et des établissements publics, adoptée en septembre à une écrasante majorité du Grand Conseil. «Il serait regrettable qu'on passe tout au panier pour un mensonge», a déclaré à ce sujet Bernard Soguel.

La nouvelle loi sur la police du commerce assouplit les heures d'ouverture des magasins et abolit la taxe associée aux patentes d'établissements publics. Elle garantit en outre le financement équilibré par les communes de l'organe Tourisme neuchâtelois.

Patiente élaboration

Six ans de tractations ont été nécessaires pour assurer la mise en forme de la nouvelle loi, réclamée par la Chambre du commerce et de l'industrie, ainsi que par les communes et GastroNeuchâtel. Selon Bernard Soguel, la reconstruction de l'édifice législatif prendrait à nouveau plusieurs années en cas de «oui» au referendum.

En outre, le Tribunal fédéral (TF) a publié l'an dernier un arrêt restrictif sur l'emploi de personnel en soirée dans les magasins de stations d'essence. Selon le conseiller d'Etat, les auteurs du referendum devraient s'aviser que l'arrêt du TF les met pratiquement hors la loi pour une partie de leurs activités.

Suisse romande

L'interdiction de la vente d'alcool dans les magasins de stations d'essence met Neuchâtel au diapason des autres cantons romands, a ajouté Bernard Soguel. Seul le Valais autorise sans restriction la vente d'alcool dans les stations service.

Celle-ci est interdite dans les cantons de Genève et du Jura. La situation est restrictive mais disparate dans le canton de Vaud, où la question relève de la compétence communale. A Fribourg, seule la vente d'alcools forts est prohibée.

(ats)

Ton opinion