Prévention - Interdire la vente de cigarettes n’empêche pas les jeunes de fumer

Publié

PréventionInterdire la vente de cigarettes n’empêche pas les jeunes de fumer

Empêcher les jeunes d’acheter des cigarettes est l’une des mesures de prévention du tabagisme en Suisse. Pourtant, elle semble avoir peu d’impact, selon une nouvelle étude bâloise.

Les jeunes qui n’ont pas eu le droit d’acheter des cigarettes à l’adolescence n’ont pas moins de chance de devenir fumeurs à long terme.

Les jeunes qui n’ont pas eu le droit d’acheter des cigarettes à l’adolescence n’ont pas moins de chance de devenir fumeurs à long terme.

Pixabay

Malgré les interdictions de vente, les jeunes ne fument pas moins qu’avant. C’est ce que montre une nouvelle étude de l’Université de Bâle dont les résultats ont été publiés ce lundi. Jusqu’à présent, aucune étude systémique ne permettait d’analyser les effets des interdictions sur le nombre de jeunes fumeurs en Suisse et sur les attitudes des adolescents à l’égard du tabac.

Entre 2001 et 2016, plus de 80’000 jeunes de moins de 21 ans ont été interrogés dans tout le pays sur leur consommation de cigarettes. Les données de l’enquête montrent que l’interdiction de vente a tout au plus entraîné une légère réduction de la consommation de tabac. Dans les cantons qui appliquent une interdiction de vente avant l’âge de 18 ans, les effets semblent être un peu plus dissuasifs, bien qu’ils restent faibles et statistiquement flous.

Les auteurs constatent que le tabagisme tend à devenir moins «cool», même si cela n’a pas d’effet mesurable sur le comportement des fumeurs. En revanche, l’équipe de chercheurs remarque que ces mesures ne conduisent pas les jeunes à percevoir le tabagisme comme davantage nocif.

Une interdiction souvent contournée

«L’une des explications possibles de ce faible impact est que les jeunes contournent les interdictions», déclare Alois Stutzer, l’un des auteurs de l’étude, dans un communiqué. Les données indiquent que les jeunes achètent moins souvent des cigarettes dans un kiosque lorsque la distribution est interdite. En revanche, de façon plus globale, les jeunes ont peu de difficultés à obtenir des cigarettes, notamment grâce à des connaissances.

«Il faut donc être conscient que les interdictions - du moins si elles ne sont pas accompagnées de mesures policières - ne contribuent guère à une réduction importante de la prévalence du tabagisme», déclare Alois Stutzer.

Dernier fait surprenant: l’interdiction de la vente d’alcool aux adolescents montre quant à elle des effets dissuasifs. «Des études futures devraient être consacrées aux raisons possibles de cette divergence», écrivent les auteurs de l’étude.

Le tabac en Suisse

Le tabagisme reste très répandu en Suisse. Environ 27% de la population suisse fume actuellement et 9500 personnes meurent chaque année de ses effets à long terme. Depuis 2006, tous les cantons, à l’exception d’Appenzell Rhodes-Intérieures et de Schwytz, ont introduit des interdictions de vente de cigarettes aux jeunes, que ce soit aux moins de 16 ans ou aux moins de 18 ans.

(comm/cde)

Ton opinion

100 commentaires