Canton de Vaud: Interdire les chaufferettes en terrasse: un casse-tête

Actualisé

Canton de VaudInterdire les chaufferettes en terrasse: un casse-tête

Le Service de l'énergie veut empêcher que l'interdiction de fumer se mue en gouffre énergétique.

par
Carole Pantet

«Nous travaillons pour que la nouvelle loi ne provoque pas une catastrophe énergétique.» Chef du Service vaudois de l'énergie, Dominique Reymond prend la question au sérieux. C'est que l'interdiction de fumer dans les établissements publics, prévue au 1er septembre, pourrait engendrer un véritable gaspillage.

Première préoccupation: la probable multiplication des chauffages mobiles sur les terrasses. «Dans le canton, seules les installations fixes sont légiférées et doivent recourir aux énergies renouvelables», rappelle-t-il. Pour les mobiles, la loi ne dit rien. «Prohiber leur vente est même impossible. Ce serait enfreindre la loi sur le marché intérieur suisse.»

L'idée serait donc d'interdire plutôt leur utilisation. «Ce soucis juridique préoccupe tous les cantons, précise Dominique Reymond. L'idée à terme est de n'autoriser que ceux qui recourent aux énergies renouvelables.»

Autre grande inquiétude, les futurs fumoirs ventilés qui pourraient également se muer en gouffres énergétiques. En attendant le règlement d'application de la loi, cafetiers, restaurateurs et boîtes de nuit sont dans l'expectative. «Tant qu'on ignore les exigences pour l'installation de ventilation et de chauffages extérieurs, c'est difficile de se projeter dans l'après 1er septembre», atteste Thierry Wegmüller du Pool Lausanne La Nuit. Mais pour lui, pas de doute : «Nous chercherons des solutions écologiques.»

Ton opinion