Zurich: Internée après une agression fatale à sa victime âgée

Actualisé

ZurichInternée après une agression fatale à sa victime âgée

En 2018, une trentenaire avait molesté une septuagénaire, qui avait succombé à ses blessures quelques jours plus tard. La femme a été déclarée irresponsable de ses actes et le Tribunal cantonal a ordonné un internement.

La Cour d’appel de Zurich.

La Cour d’appel de Zurich.

KEYSTONE

Une femme de 32 ans a été condamnée à l'internement simple par le Tribunal cantonal zurichois. Elle avait poussé une femme de 79 ans à un arrêt de tram à Zurich. La septuagénaire est tombée et sa tête a heurté l'asphalte. Elle est décédée quelques jours plus tard.

Les faits se sont produits le 23 mai 2018 à un arrêt de tram à Zurich-Affoltern. La prévenue a reconnu avoir poussé la septuagénaire, mais «pas fort». La victime a eu plusieurs dents cassées et des hématomes au menton et aux genoux. Elle a été hospitalisée et est décédée trois jours plus tard.

Un rapport psychiatrique a conclu que l'accusée souffrait très probablement de schizophrénie au moment des faits. Depuis 2012, elle a eu à plusieurs reprises des problèmes, notamment des comportements agressifs et menaçants. Elle a déjà passé plusieurs mois dans une clinique psychiatrique où elle s'est montrée agressive et violente avec les employés.

Acquittée mais internée

En première instance, en août 2019, le Tribunal de district avait condamné la prévenue à 24 mois de prison pour tentative de lésion corporelle grave. Il a aussi ordonné une mesure thérapeutique stationnaire. La défense avait fait recours.

En deuxième instance, l'avocat de la prévenue a plaidé la voie de fait et le renoncement à toute mesure d'internement. Mais le Tribunal cantonal a jugé que l'accusée n’était pas responsable de ses actes en raison de sa maladie psychiatrique. La femme a donc été acquittée de l'accusation de lésion corporelle grave.

La Cour a en revanche maintenu la mesure thérapeutique stationnaire en se basant sur un rapport psychiatrique. Celui-ci souligne que la prévenue peut réagir agressivement lorsqu'elle se trouve dans une situation conflictuelle. Le risque de récidive est jugé élevé. Le jugement est entré en force.

(ATS)

Ton opinion